Divers

Au bistrot du coin !

Ici, on parle de tout et de rien, on rigole, on chambre gentillement, on fait des jeux de mots (Pour impartial et Fanfoot).

On reste bien sur poli, correct et cordial.

Allez défoulez vous....

Note : Notez cet article :
Webmaster (Webmaster)
Réagissez au débat

Pour réagir à cette article, renseignez votre pseudo et votre message ci-dessous, ainsi que le pseudo de la personne à qui vous souhaitez répondre (sinon laissez vide).

Pseudo
Répondre à

Votre message

vous avez la parole
impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

01 Aout 2014 à 13:08

Comme tu n'as pas donné une seule réponse à l'article du loyer de l'om, je ne sais pas si ce n'est pas toi qui est "au summum de l'incompétence".. Si ton propriétaire t'augmentait le loyer de 30%, tu dirais quoi avec ta pension de clochard ?!?!

Réponse à pslg alias "Minos"..

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

01 Aout 2014 à 12:15

Dur ou mou ce n'est pas la même chanson pour ceux qui savent jouer au ballon.. Les crampons moulés me vont bien.. T'as compris pourquoi ? Après le TDC comme tu dis, je m'en fous un peu.. Mais il est vrai que tu es rentré de plein pied dans l'adversité là..

Réponse à pslg alias "Minos"..

Albawarden
Légende
33
Articles
5365
Commentaires
Supporter Marseille

01 Aout 2014 à 10:29

Ouais super on va casquer 7.4M€ au lieu de 8M€. La directio a annoncé la "mort du club" à 8M€ par an donc à 7.4 c'est quoi? une mort clinique? un coma prolongé? Alors oui on doit jouer au vélodrome pas de souci mais faut pas non plus payer pour les conneries de la mairie et Arema!

Tiens par ailleurs t'as quand même esquivé ma question sur Sakho (ta réponse n'était pas une réponse)et Cabaye (pas de réponse)!

Réponse à pslg

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

01 Aout 2014 à 09:36

Je suis très content que l'OM ait trouvé un accord avec la Ville ! L'OM va jouer dans un stade magnifique (je l'ai visité).

Ouf ! Mais que la Blonde et Labrune ont tardé à négocier !

On sentait hier que la Blonde souriait, et que Labrune négociait.

Pas très sérieux comme management !

Réponse à albawarden

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

01 Aout 2014 à 09:21

A ton avis d'expert de terrain, de sol dur et mou, qui va remporter le TdC samedi 2 août ? Le PSG ou l'EAG ?...

Réponse à impartial

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

01 Aout 2014 à 07:41

Tout est question de rythme dans la vie et si tu n'as pas çà.. çà ne s'apprend pas, çà vient comme çà, c'est inné.. Tout est question de rythme.. les mots, l'amour, la caresse.. rassurer l'autre et soigner ses tourments simplement au toucher.. Les stars des forums ou les grands parleurs, c'est à en mourir de rire.. Je n'aurais pas trop d'une vie pour les avoir en face de moi même si je les devine de par leurs écrits, moi le parano, et sais souvent qui m'a insulté, qui a pris un autre pseudo pour pleurer du sort de son club, qui jongle avec les pseudos pour se contredire lui-même, qui fait des fautes grossières voyantes tellement il pue la connerie, qui a la haine mais la masque, qui est humain et bon et qui va aux chiottes..! Tout est question de rythme dans la vie et rien que de te voir taper dans un ballon, je te dirais pourquoi une femme peut te donner la garde des gosses une fois tous les 15 jours.. Allez aux chiottes les apprentis à vie !!!!

Réponse à pslg alias "Minos".. suit

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

01 Aout 2014 à 07:28

Quand ton prof de gym insiste pour t'envoyer et recommander au TFC en cadet et t'as le trac devant Firoud,.. lorsque les Redin et Wojciack dirigent l'entraînement.. que tu ne connais aucun de tes partenaires et que ces 2 entraîneurs viennent te caresser la tête disant "très bien petit".. tellement çà partait dans le sens "simplifié" et à 2 touches de balle car le jeu se devait d'être comme çà, pas besoin de faire un dessin.. Allez aux chiottes et je suis prêt à me déplacer sans avoir touché un ballon depuis des lustres.. ah si, l'autre jour avec des gosses à Gruissan (hé hé la technique).. pour t'offrir un petit plaisir et une réfléxion sur le football.. non pas cette pseudo avancée facebook et nouveaux sachants réunis de mes couilles, je répète.. Aux chiottes..!!

Réponse à pPslg alias "Minos".. sui

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

01 Aout 2014 à 07:12

Je ne comprends pas qu'un "voulu stylé gaucho" comme tézigue ait tapé "maladroitement ahaneur" dans un ballon de foot.. Le dimanche matin quand Angel Marcos venait rejoindre le petit groupe technique sur le petit terrain de terre, parole était donnée à la technique, non pas à ces bûcherons qui voulaient "copier-coller" ce qu'ils voyaient à "télé-foot" la veille... A force de taper de la pointe faisant croire qu'ils lançaient les ailiers, ces intermittents du crampon couraient de partout et nulle part.. écoeuraient ceux qui désiraient jouer balle à terre.. avec leurs stoppeurs déménageurs, dépourvus de jugeotte et leurs pseudos milieux de terrain, plutôt aptes à poncer le mur de la salle-de-bain, pour la repeindre avec le talent de l'artiste peintre en bâtiment.. Réfléchissais-tu d'un piqué de ballon fulgurant et sans élan pour un une-deux.. dans la vraie profondeur ?!.. Laissais-tu passer le ballon entre tes jambes, soudain comme çà, pour partir dans un espace inimaginable..? celui qui te comprenait, n'avait pas besoin de "dite parlote de vestiaire improbable" pour te redonner ce ballon là où tu le voulais.. T'es t-il arrivé au moins une fois, même à onze contre onze, d'enchaîner un petit pont et un grand pont sur 2 trous du cul ou un Président de Club ligue 1 qui chantait tout à coup "voyage.. voyage" ?.. Beaucoup parlent de football mais peu savent vraiment le jouer.. Celui qui se la joue perso pour épater son nombril, aux chiottes bien-sûr.. non non, plutôt celui qui nous sort des trucs de fou pour faire avancer et gagner ceux qui le comprennent.. Si tu fais partie de ceux-là ou si sans issue, avec des ahaneurs qui te cernent avec la haine au bord des lèvres pour te prendre le ballon, tu leur sors une petite louche pour sauter l'obstacle à l'instinct, alors achète-toi un ballon et viens me montrer si tes 4/3/3 ou tes 4/4/2 ou tes 3/5/2 /// dont tous les trous du cul du monde en viennent à me casser les couilles/// sont vraiment à prendre en considération.. Sinon, aux chiottes comme la plupart.. Allez aux chiottes et vite !!!

Réponse à pslg alias "Minos"..

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

31 Juillet 2014 à 23:41

Écoute, écoute... Dans le silence de la mer, il y a comme un balancement maudit qui vous met le cœur à l´heure, avec le sable qui se remonte un peu, comme les vieilles putes qui remontent leur peau, qui tirent la couverture.

Immobile... L´immobilité, ça dérange le siècle.
C´est un peu le sourire de la vitesse, et ça sourit pas lerche, la vitesse, en ces temps.
Les amants de la mer s´en vont en Bretagne ou à Tahiti.
C´est vraiment con, les amants.

Il n´y a plus rien

Camarade maudit, camarade misère...
Misère, c´était le nom de ma chienne qui n´avait que trois pattes.
L´autre, le destin la lui avait mise de côté pour les olympiades de la bouffe et des culs semestriels qu´elle accrochait dans les buissons pour y aller de sa progéniture.
Elle est partie, Misère, dans des cahots, quelque part dans la nuit des chiens.

Camarade tranquille, camarade prospère
Quand tu rentreras chez toi
Pourquoi chez toi?
Quand tu rentreras dans ta boîte, rue d´Alésia ou du Faubourg
Si tu trouves quelqu´un dans ton lit
Si tu y trouves quelqu´un qui dort
Alors va-t´en, dans le matin clairet
Seul
Te marie pas
Si c´est ta femme qui est là, réveille-la de sa mort imagée
Fous-lui une baffe, comme à une qui aurait une syncope ou une crise de nerfs...
Tu pourras lui dire : "Dis, t´as pas honte de t´assumer comme ça dans ta liquide sénescence?
Dis, t´as pas honte? Alors qu´il y a quatre-vingt-dix mille espèces de fleurs?
Espèce de conne!"
Et barre-toi!
Divorce-la
Te marie pas!
Tu peux tout faire
T´empaqueter dans le désordre, pour l´honneur, pour la conservation du titre...

Le désordre, c´est l´ordre moins le pouvoir!

Il n´y a plus rien

Je suis un nègre blanc qui mange du cirage
Parce qu´il se fait chier à être blanc, ce nègre,
Il en a marre qu´on lui dise: " Sale blanc!"

A Marseille, la Sardine qui bouche le port
Était bourrée d´héroïne
Et les hommes-grenouilles n´en sont pas revenus...
Libérez les sardines
Et y aura plus de mareyeurs!

Si tu savais ce que je sais
On te montrerait du doigt dans la rue
Alors, il vaut mieux que tu ne saches rien
Comme ça, au moins, tu es peinard, anonyme, citoyen!

Tu as droit, citoyen, au minimum décent
A la publicité des enzymes et du charme
Au trafic des dollars et aux trafiquants d´armes
Qui traînent les journaux dans la boue et le sang

Tu as droit à ce bruit de la mer qui descend
Et si tu veux la prendre, elle te fera du charme
Avec le vent au cul et des sextants d´alarme
Et la mer reviendra sans toi, si tu es méchant

Les mots... toujours les mots, bien sûr!
Citoyens! Aux armes!
Aux pépées, citoyens! A l´amour, citoyens!
Nous entrerons dans la carrière quand nous aurons cassé la gueule à nos aînés!
Les préfectures sont des monuments en airain
Un coup d´aile d´oiseau ne les entame même pas, c´est vous dire!

Nous ne sommes même plus des Juifs allemands
Nous ne sommes plus rien
Il n´y a plus rien

Des futals bien coupés sur lesquels lorgnent les gosses, certes!
Des poitrines occupées
Des ventres vacants
Arrange-toi avec ça!

Le sourire de ceux qui font chauffer leur gamelle
Sur les plages reconverties et démoustiquées
C´est-à-dire en enfer, là où Dieu met ses lunettes noires pour ne pas risquer d´être reconnu par ses admirateurs
Dieu est une idole, aussi!
Sous les pavés, il n´y a plus la plage
Il y a l´enfer et la sécurité
Notre vraie vie n´est pas ailleurs, elle est ici
Nous sommes au monde, on nous l´a assez dit
N´en déplaise à la littérature

Les mots, nous leur mettons des masques, un bâillon sur la tronche
A l´encyclopédie, les mots!
Et nous partons avec nos cris!
Et voilà!

Il n´y a plus rien...plus, plus rien

Je suis un chien?
Perhaps!
Je suis un rat
Rien
Avec le cœur battant jusqu´à la dernière battue

Nous arrivons avec nos accessoires pour faire le ménage dans la tête des gens
Apprends donc à te coucher tout nu!
Fous en l´air tes pantoufles!
Renverse tes chaises!
Mange debout!
Assois-toi sur des tonnes d´inconvenances et montre-toi à la fenêtre en gueulant des gueulantes de principe

Si jamais tu t´aperçois que ta révolte s´encroûte et devient une habituelle révolte, alors
Sors
Marche
Crève
Baise
Aime enfin les arbres, les bêtes et détourne-toi du conforme et de l´inconforme
Lâche ces notions, si ce sont des notions
Rien ne vaut la peine de rien

Il n´y a plus rien...plus, plus rien

Invente des formules de nuit. CLN : C´est la nuit!
Même au soleil, surtout au soleil, c´est la nuit

Tu peux crever. Les gens ne retiendront même pas une de leurs inspirations
Ils canaliseront sur toi leur air vicié en des regrets éternels puant le certificat d´études et le catéchisme ombilical
C´est vraiment dégueulasse!
Ils te tairont, les gens
Les gens taisent l´autre, toujours
Regarde, à table, quand ils mangent
Ils s´engouffrent dans l´innommé
Ils se dépassent eux-mêmes et s´en vont vers l´ordure et le rot ponctuel!

La ponctuation de l´absurde, c´est bien ce renversement des réacteurs abdominaux, comme à l´atterrissage : on rote et on arrête le massacre
Sur les pistes de l´inconscient, il y a des balises baveuses toujours un peu se souvenant du frichti, de l´organe, du repu

Mes plus beaux souvenirs sont d´une autre planète
Où les bouchers vendaient de l´homme à la criée

Moi, je suis de la race ferroviaire qui regarde passer les vaches
Si on ne mangeait pas les vaches, les moutons et les restes
Nous ne connaîtrions ni les vaches, ni les moutons, ni les restes
Au bout du compte, on nous élève pour nous becqueter
Alors, becquetons!
Côte à l´os pour deux personnes, tu connais?

Heureusement il y a le lit : un parking!
Tu viens, mon amour?
Et puis, c´est comme à la roulette : on mise, on mise
Si la roulette n´avait qu´un trou, on nous ferait miser quand même
D´ailleurs, c´est ce qu´on fait!
Je comprends les joueurs : ils ont trente-cinq chances de ne pas se faire mettre
Et ils mettent, ils mettent
Le drame, dans le couple, c´est qu´on est deux
Et qu´il n´y a qu´un trou dans la roulette

Quand je vois un couple dans la rue, je change de trottoir!
Te marie pas
Ne vote pas
Sinon t´es coincé

Elle était belle comme la révolte
Nous l´avions dans les yeux
Dans les bras, dans nos futals
Elle s´appelait l´imagination
Elle dormait comme une morte, elle était comme morte
Elle sommeillait
On l´enterra de mémoire

Dans le cocktail Molotov, il faut mettre du Martini, mon petit!

Transbahutez vos idées comme de la drogue. Tu risques rien à la frontière
Rien dans les mains
Rien dans les poches

Tout dans la tronche!

- Vous n´avez rien à déclarer?
- Non
- Comment vous nommez-vous?
- Karl Marx
- Allez, passez

Nous partîmes. Nous étions une poignée...

Nous nous retrouverons bientôt démunis, seuls, avec nos projets dans le passé
Écoutez-les...écoutez-les...
Ça râpe comme le vin nouveau
Nous partîmes...Nous étions une poignée
Bientôt ça débordera sur les trottoirs
La parlote, ça n´est pas un détonateur suffisant
Le silence armé, c´est bien, mais il faut bien fermer sa gueule
Toutes des concierges!
Écoutez-les...

Il n´y a plus rien

Si les morts se levaient?
Hein?

Nous étions combien?
Ça ira!

La tristesse, toujours la tristesse

Ils chantaient, ils chantaient
Dans les rues

Te marie pas
Ceux de San Francisco, de Paris, de Milan
Et ceux de Mexico
Bras dessus bras dessous
Bien accrochés au rêve

Ne vote pas

Ô DC-8 des pélicans
Cigognes qui partent à l´heure
Labrador, lèvres des bisons
J´invente en bas des rennes bleus
En habit rouge du couchant
Je vais à l´ouest de ma mémoire
Vers la clarté, vers la clarté

Je m´éclaire la nuit dans le noir de mes nerfs
Dans l´or de mes cheveux j´ai mis cent mille watts
Des circuits sont en panne dans le fond de ma viande
J´imagine le téléphone dans une lande
Celle où nous nous voyons moi et moi
Dans cette brume obscène au crépuscule teint
Je ne suis qu´un voyant embarrassé de signes
Mes circuits déconnectent
Je ne suis qu´un binaire

Mon fils, il faut lever le camp comme lève la pâte
Il est tôt. Lève-toi. Prends du vin pour la route
Dégaine-toi du rêve anxieux des bien-assis
Roule, roule, mon fils, vers l´étoile idéale
Tu te rencontreras, tu te reconnaîtras
Ton dessin devant toi, tu rentreras dedans
La mue ça se fait à l´envers dans ce monde inventif
Tu reprendras ta voix de fille et chanteras demain
Retourne tes yeux au-dedans de toi
Quand tu auras passé le mur du mur
Quand tu auras outrepassé ta vision
Alors tu verras... rien!

Il n´y a plus rien

Que les pères et les mères
Que ceux qui t´ont fait
Que ceux qui ont fait tous les autres
Que les "Monsieur"
Que les "Madame"
Que les assis dans les velours glacés, soumis, mollasses
Que ces horribles magasins roulants
Qui portent tout en devanture
Tous ceux à qui tu pourras dire :

Monsieur!
Madame!

Laissez donc ces gens-là tranquilles
Ces courbettes imaginées que vous leur inventez
Ces désespoirs soumis
Toute cette tristesse qui se lève le matin à heure fixe pour aller gagner vos sous
Avec les poumons resserrés
Les mains grandies par l´outrage et les bonnes mœurs
Les yeux défaits par les veilles soucieuses
Et vous comptez vos sous?
Pardon, leurs sous!

Ce qui vous déshonore
C´est la propreté administrative, écologique, dont vous tirez orgueil
Dans vos salles de bains climatisées
Dans vos bidets déserts
En vos miroirs menteurs

Vous faites mentir les miroirs!
Vous êtes puissants au point de vous refléter tels que vous êtes
Cravatés
Envisonnés
Empapaoutés de morgue et d´ennui dans l´eau verte qui descend
des montagnes et que vous vous êtes arrangés pour soumettre
A un point donné
A heure fixe

Pour vos narcissiques partouzes
Vous vous regardez et vous ne pouvez même plus vous reconnaître
Tellement vous êtes beaux
Et vous comptez vos sous
En long
En large
En marge
De ces salaires que vous lâchez avec précision
Avec parcimonie
J´allais dire "en douce", comme ces aquilons avant-coureurs et qui racontent les exploits du bol alimentaire, avec cet apparat vengeur et nivellateur qui empêche toute identification
Je veux dire que pour exploiter votre prochain, vous êtes les champions de l´anonymat

Les révolutions? Parlons-en!
Je veux parler des révolutions qu´on peut encore montrer
Parce qu´elles vous servent
Parce qu´elles vous ont toujours servis
Ces révolutions qui sont de "l´Histoire"
Parce que les "histoires" ça vous amuse, avant de vous intéresser
Et quand ça vous intéresse, il est trop tard, on vous dit qu´il s´en prépare une autre
Lorsque quelque chose d´inédit vous choque et vous gêne
Vous vous arrangez la veille, toujours la veille, pour retenir une place
Dans un palace d´exilés, dans un pays sûr, entouré du prestige des déracinés
Les racines profondes de ce pays, c´est vous, paraît-il
Et quand on vous transbahute d´un désordre de la rue, comme vous dites, à un ordre nouveau, vous vous faites greffer au retour et on vous salue

Depuis deux cents ans, vous prenez des billets pour les révolutions.
Vous seriez même tentés d´y apporter votre petit panier
Pour n´en pas perdre une miette, n´est-ce-pas?
Et les vauriens qui vous amusent, ces vauriens qui vous dérangent aussi, on les enveloppe dans un fait divers pendant que vous enveloppez les vôtres dans un drapeau

Vous vous croyez toujours, vous autres, dans un haras
La race ça vous tient debout dans ce monde que vous avez assis
Vous avez le style du pouvoir
Vous en arrivez même à vous parler à vous-mêmes
Comme si vous parliez à vos subordonnés
De peur de quitter votre stature, vos boursouflures, de peur qu´on vous montre du doigt, dans les corridors de l´ennui, et qu´on se dise: "Tiens, il baisse, il va finir par se plier, par ramper"
Soyez tranquilles! Pour la reptation, vous êtes imbattables
Seulement, vous ne vous la concédez que dans la métaphore
Vous voulez bien vous allonger, mais avec de l´allure
Cette "allure" que vous portez, Monsieur, à votre boutonnière
Et quand on sait ce qu´a pu vous coûter de silences aigres
De renvois mal aiguillés
De demi-sourires séchés comme des larmes
Ce ruban malheureux et rouge comme la honte, dont vous ne vous êtes jamais décidé à empourprer votre visage
Je me demande pourquoi la nature met
Tant d´entêtement
Tant d´adresse
Et tant d´indifférence biologique
A faire que vos fils ressemblent à ce point à leurs pères
Depuis les jupes de vos femmes matrimoniaires
Jusqu´aux salonnardes équivoques où vous les dressez à boire
Dans votre grand monde
A la coupe des bien-pensants

Moi, je suis un bâtard
Nous sommes tous des bâtards
Ce qui nous sépare, aujourd´hui, c´est que votre bâtardise à vous est sanctionnée par le code civil
Sur lequel, avec votre permission, je me plais à cracher, avant de prendre congé

Soyez tranquilles, vous ne risquez rien!

Il n´y a plus rien

Et ce rien, on vous le laisse!
Foutez-vous-en jusque-là, si vous pouvez
Nous, on peut pas
Un jour, dans dix mille ans
Quand vous ne serez plus là
Nous aurons tout
Rien de vous
Tout de nous

Nous aurons eu le temps d´inventer la Vie, la Beauté, la Jeunesse
Les larmes qui brilleront comme des émeraudes dans les yeux des filles
Les bêtes enfin détraquées
La priorité à gauche, permettez!

Nous ne mourrons plus de rien
Nous vivrons de tout

Et les microbes de la connerie que nous n´aurez pas manqué de nous léguer
Montant
De vos fumures
De vos livres engrangés dans vos silothèques
De vos documents publics
De vos règlements d´administration pénitentiaire
De vos décrets
De vos prières, même
Tous ces microbes juridico-pantoufles
Soyez tranquilles!
Nous avons déjà des machines pour les révoquer

Nous aurons tout

Dans dix mille ans

Léo Ferré , Slameur 15 ans avant Grand Corps Malade

Réponse à impartial alias parano

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

31 Juillet 2014 à 23:08

Les Regets par Souchon

"Rêvant des révolutions
Sur le bord de la rivière,
Il y avait des illusions
Dans ma main que tu laissais
Sous ton pull-over.

De mal penser, la faiblesse
De n'avoir pas fait d'études,
Les chansons de ma jeunesse
Et de Robert Zimmermann, l'altitude.

Oh, des regrets, des regrets, des regrets,
Des regrets.
Oh, des regrets, des regrets, des regrets,
Des regrets.

J'ai perdu mon allégresse
Sur des bateaux de conquêtes.
J'ai perdu, par leur vitesse,
Quelque chose que, dans mon cœur,
Je regrette.

Oh, des regrets, des regrets, des regrets,
Des regrets.
Oh, des regrets, des regrets, des regrets,
Des regrets.

2 CV Citroën,
Où sont les gens, dedans,
De mon baptême,
La timbale d'argent ?

Je voudrais que tout revienne
Alors que tout est passé
Et je chante à perdre haleine
Que je n'ai que des regrets,
Des regrets.

Oh, des regrets, des regrets, des regrets,
Des regrets.
Oh, des regrets, des regrets, des regrets,
Des regrets.

Réponse à impartial alias parano

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

31 Juillet 2014 à 23:04

Di Maria va arriver au PSG avec lui Astor Piazzola et son blues argentino.

Réponse à impartial

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

31 Juillet 2014 à 19:20

Le désespoir est une forme supérieure de la critique. Pour le moment, nous l´appellerons "bonheur", les mots que vous employez n´étant plus "les mots" mais une sorte de conduit à travers lequel les analphabètes se font bonne conscience. Mais...
La solitude...
La solitude...
La solitude, la solitude, la solitude...
La solitude!

Le Code Civil, nous en parlerons plus tard. Pour le moment, je voudrais codifier l´incodifiable. Je voudrais mesurer vos danaïdes démocraties. Je voudrais m´insérer dans le vide absolu et devenir le non-dit, le non-avenu, le non-vierge par manque de lucidité.
La lucidité se tient dans mon froc!
Dans mon froc!

Réponse à pslg alias "Minos"..

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

31 Juillet 2014 à 19:06

J'aurais tant voulu voir Jane et Serge sur le pont des Arts.. Ah la mépris.. Est-ce qu'un footballeur comprend cette donne ? Quelques artistes se sont perdus à embrasser une carrière pro.. alors que les autres jouent.. et se tairont j'espère sous le joug des supporters et leurs chants.. d'artistes..

Réponse à pslg

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

31 Juillet 2014 à 16:49

Paris n'est plus Paris, surtout le quartier St Germain des Prés !

"Les chansons de Prévert me reviennent
De tous les souffleurs de vers...laine
Du vieux Ferré les cris la tempête
Boris Vian s'écrit à la trompette
Rive Gauche à Paris
Adieu mon pays
De musique et de poésie
Les marchands de malappris
Qui d'ailleurs ont déjà tout pris
Viennent vendre leurs habits en librairie
En librairie en librairie
Si tendre soit la nuit
Elle passe
Oh ma Zelda c'est fini Montparnasse
Miles Davis qui sonne sa Greco
Tous les monts y sonnent leur Nico
Rive Gauche à Paris
Oh mon île Oh mon pays
De musique et de poésie
D'art et de liberté éprise
Elle s'est fait prendre, elle est prise
Elle va mourir quoi qu'on en dise
Et ma chanson la mélancolise
La vie c'est du théâtre et des souvenirs
Et nous sommes opiniâtres à ne pas mourir
A traîner sur les berges venez voir
On dirait Jane et Serge sur le pont des Arts
Rive Gauche à Paris
Adieu mon pays
Adieu le jazz adieu la nuit
Un état dans l'état d'esprit
Traité par le mépris
Comme le Québec par les Etats-Unis
Comme nous aussi
Ah ! le mépris ah ! le mépris"

Souchon in "Rive Gauche"

Réponse à impartial

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

31 Juillet 2014 à 16:41

Je te le "redjis" encore une fois.. Il n'y a pas d'équipe "tchype" à "ce psg-là".. La saison sera longue et Laurent Blanc a "formulé" plusieurs "formules" à "Nasser "El Reelaïfi".. "Donc du coup", tout le monde est sur le pont et s'il peut faire jouer la forte concurrence.. et si les mecs ont la faim de celui.. qui a faim.. enfin, les valeurs de la victoire tout-terrain seront "respectchées".. Tout dépend de "l'attchitchude" des joueurs.. à la nonchalance de la victoire assurée ou à la "ramasse-moi à la petite cueillère".. Sinon, ils seront "battchus" et tu en sortiras "abattchu"..!

Réponse à pslg alias "Minos"..

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

31 Juillet 2014 à 16:08

Dans nos équipes respectives il manque Pastore qui a fait un excellent match contre Kitchee, et dans les tiennes il manque aussi Lucas qui pourrait exploser cette année.

Si Di Maria ne vient pas, Pastore peut prendre sa place et Lucas prendre la place de Motta.

Cela donnerait en 3 5 2 :

Sirigu
Marquinhos Luiz Silva
Aurier (ou VDW) Lucas Verratti Matuidi Pastore
Ibra Cavani.

Si Di Maria vient, c'est pour jouer attaquant (ce que lui refuse Ancelotti au Réal, car barré par Ronaldo). Ce qui veut dire que Lavezzi s'en va et Cavani aussi (pour payer le Réal).

Alors, dans ce cas je propose un 433 :

Sirigu
Aurier Luiz Silva Digne
Verrati Motta Matuidi
Lucas Ibra Di Maria







Réponse à Razak

Pisser Sur le Gazon
Légende
101
Articles
4245
Commentaires
Supporter Paris

31 Juillet 2014 à 15:52

Sakho est parti car comme le chante SAEZ dans "Jeunesse lève-toi" "Un jour il faudra tuer le père".

Réponse à albawarden

Dynalo
Légende
84
Articles
8113
Commentaires
Supporter Lyon

31 Juillet 2014 à 15:46

Et que devient ce cher Cabaye que tu adores tant ? tu l'as viré de ton équipe .il est tellement fort que tu l'as oublié ?.? ;-)

Réponse à Pisser Sur le Gazon

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

31 Juillet 2014 à 15:34

A Paris ou bien "ce psg-là", Blanc a dit qu'il a plusieurs formules et le turn-over existera plus que jamais.. Donc, il jouera en 4/3/3 je pense ou "je crois que bon" dixit Blanc.. et il fera jouer tout le monde à bonnes doses intelligentes.. Toi, tu t'arrêtes comme un bébête à te faire la compo avant de ronfler.. Il y a un onze "tchype" et le reste des "titchulaires" seront "tchitulaires" comme les autres.. qui eux, seront remplaçants quand les autres seront "tchitulaires" en lieu et place de ceux qui étaient "tchitulaires" à leur dépend.. Si tu veux je répète encore une fois.. et je peux te dire que Blanc a un maximum de solutions avec un Luiz qui pourra jouer au milieu et pourra même embrouiller tout le monde en changeant les mecs de place.. vu que les autres chercheront à comment contrer cette équipe "tchype" ou pas "tchype"..

Réponse à pslg alias "Minos".. suit

impartial
Légende
42
Articles
8408
Commentaires
Supporter Toulouse

31 Juillet 2014 à 15:26

T'es bien content d'avoir pris Aurier.. Il m'a d'ailleurs "djit".. "comme j'ai déjà djit".. qu'à la présentation, tu étais là à la bader avec la bouche ouverte.. Après, il fait bon vivre à Toulouse, ne t'inquiète pas et on prend plaisir à prendre l'air.. pour faire prendre l'air aux habits.. qui ne prennent pas assez l'air.. Je t'ai simplement demandé si c'était avant ou après.. parce que si çà se propage, il n'y aura plus d'après.. La suite, tu la connais..


Maintenant que tu vis
A l´autre bout d´Paris
Quand tu veux changer d´âge
Tu t´offres un long voyage
Tu viens me dire bonjour
Au coin d´la rue Dufour
Tu viens me visiter
A Saint-Germain-des-Prés

Il n´y a plus d´après
A Saint-Germain-des-Prés
Plus d´après-demain
Plus d´après-midi
Il n´y a qu´aujourd´hui
Quand je te reverrai
A Saint-Germain-des-Prés
Ce n´sera plus toi
Ce n´sera plus moi
Il n´y a plus d´autrefois

Tu me dis "Comme tout change!"
Les rues te semblent étranges
Même les cafés-crème
N´ont plus le goût qu´tu aimes
C´est que tu es une autre
C´est que je suis un autre
Nous sommes étrangers
A Saint-Germain-des-Prés

Il n´y a plus d´après
A Saint-Germain-des-Prés
Plus d´après-demain
Plus d´après-midi
Il n´y a qu´aujourd´hui
Quand je te reverrai
A Saint-Germain-des-Prés
Ce n´sera plus toi
Ce n´sera plus moi
Il n´y a plus d´autrefois

A vivre au jour le jour
Le moindre des amours
Prenait dans ces ruelles
Des allures éternelles
Mais à la nuit la nuit
C´était bientôt fini
Voici l´éternité
De Saint-Germain-des-Prés

Il n´y a plus d´après
A Saint-Germain-des-Prés
Plus d´après-demain
Plus d´après-midi
Il n´y a qu´aujourd´hui
Quand je te reverrai
A Saint-Germain-des-Prés
Ce n´sera plus toi
Ce n´sera plus moi
Il n´y a plus d´autrefois

A Saint-Germain-des-Prés

Réponse à pslg alias "Minos"..

Connexion (non obligatoire)

Connexion automatique
Inscription

L'inscription au site MadeInFOOT.com n'est pas obligatoire, mais elle vous permet de participer aux forums, sondages et debats, tout en étant sure de garder votre pseudo.

Cliquez ici pour vous inscrire

En ligne :
impartial
Ecrire un article
Liste des articles

AU BISTROT DU COIN
Au bistrot du coin !

Auteur : Webmaster

Rép : impartial > pslg alias "Minos".. 01/08 13h08
9711

TOPICS LES PLUS ACTIFS
5021
l'OM indigne de la LDC !

Auteur : ol70

Rép. : Albawarden > razak27/05 10h59
2569
Le lyon est il mort

Auteur : vulcain69

Rép. : roberto baggio13/05 20h53
Rép. : fanfoot19/02 10h54
950
OM - OL : Attentats

Auteur : gege

Rép. : impartial30/08 19h51
Rép. : Dynalo > Congolo30/07 00h16

LES DERNIERS TOPICS
11
OM - Le summum de l'incompétence ?

Auteur : PASSION0104

Rep : impartial 31/07 19h19
70
Bleus - Où en sommes-nous vraiment ?

Auteur : PASSION0104

Rep : Albawarden > Dynalo 31/07 14h18
8
Debrief - Brésil 2014

Auteur : granthill

Rep : Albawarden > Jules 17/07 13h28
Rep : Pisser Sur le Gazon > Dynalo 11/07 11h45
16
France - Nigéria : L'analyse

Auteur : Jules A

Rep : Albawarden > Jules 02/07 10h27
Rep : Albawarden > Dynalo 19/06 13h03
29
(S) Bleus - Le cas Ribéry !

Auteur : Pisser Sur le Gazon

Rep : impartial 17/07 15h10
Rep : impartial 03/06 12h00
Rep : jason gauthier > lequipe de paris 09/07 15h43
2
Girondins - L'heure du bilan !

Auteur : Jules A

Rep : Albawarden 23/05 10h16
5
PSG - L'heure du bilan !

Auteur : Jules A

Rep : tom pouce > jules a 11/06 20h34
4
OM - L'heure du bilan !

Auteur : Jules A

Rep : Albawarden > Impartial 28/05 12h30

sondage foot

Sondage foot : L1 - Quel club réalise le meilleur mercato jusqu'à présent ?

L1 - Quel club réalise le meilleur mercato jusqu'à présent ?

Paris Saint-Germain

AS Monaco

Lille OSC

AS Saint-Etienne

Olympique Lyonnais

Olympique de Marseille

FC Girondins de Bordeaux

Montpellier HSC

Autre

Consultez les réactions