Facebook Twitter Google+

Divers

Le PSG, la France, l'Europe et le monde

Le PSG tient-il vraiment à être champion de France ?

A raison d'une victoire sur deux matchs, le PSG n'est pas sur un rythme de croisière pour être champion de France, mais pour figurer sur le podium.

Le Prince héritier du Qatar, propriétaire du PSG, est venu à Paris pour la première fois, la semaine dernière, pas pour parler de la crise de novembre, mais pour féliciter le club d'être qualifié pour les 1/8ème de finale de la LdC.

Il faut rappeler ici que le Fonds Souverain du Qatar a décidé de racheter le PSG pour accroître la notoriété européenne et mondiale du Qatar.

A ce titre, le Prince héritier du Qatar déclarait, au moment de l'achat du PSG : "le Qatar augmentera sa notoriété internationale bien plus rapidement qu'en adhérant à l'ONU."

Ce petit pays de 250 000 habitants autochtones, à la puissance financière colossale, est inconnu dans le monde au point d'être peu ou pas géographiquement localisable.

Les qataris savent parfaitement que le titre de champion de France ne leur apportera pas la notoriété internationale qu'ils recherchent.

Ils savent parfaitement que cette notoriété passe par la LdC et le championnat du monde des clubs.

Ainsi, l''année dernière, ils ont organisé le stage d'avant-saison aux USA.

Du coup, au niveau national, le PSG se trouve sur dimensionné à l'échelle de la L1.

Chaque match de L1 est un match couperet pour le PSG, comme en Coupe de France quand un club amateur de DSR se paie un club de L1, à la grande joie des gaulois du petit village breton d'Astérix.

Si le PSG était en avance de 12 points sur le second de L1, celle-ci perdrait de son attrait, priverait la L1 de tout suspens, et, surtout, provoquerait la répulsion, voire le rejet d'un club parisien omniprésent et omnipotent.

L'année dernière, le PSG, en étant second et en félicitant Montpellier très formellement de son titre de champion de France, s'est attiré la sympathie de Louis Nicollin et des petits clubs de L1, bien plus sûrement que s'il l'avait gagné avec 12 ou 15 points d'avance.

Cette année, il est notable et récurrent de constater que le niveau de jeu produit en LdC est nettement supérieur au niveau de jeu produit en L1.

Contre Troyes, le PSG a joué très bas pour ne lancer que des contre attaques qui se sont avérées payantes en deuxième mi-temps, quand Pastore a été remplacé par Nenê.

Le PSG a les effectifs suffisants et adéquats pour maîtriser ses matchs de L1, de manière à s'économiser, au risque de moins bien jouer, en prévision des matchs de LdC.

Stratégiquement, le PSG se construit et est programmé pour conquérir, à moyen terme, l'Europe et le monde.

Tactiquement, il peut se contenter d'être sur le podium de L1, pour être sûr de participer régulièrement à la LdC, tout en préservant l'attrait et le suspens de la L1, ainsi que les relations avec les clubs et notamment les petits clubs.

C'est sans doute ce que voulait dire le Président du PSG en déclarant à la presse, après la victoire du PSG contre Troyes : "la crise ? Quelle crise ?! "...

(Légende)

Notez cet article
Note :

Vous avez la parole

Pour réagir à cette article, renseignez votre pseudo et votre message ci-dessous, ainsi que le pseudo de la personne à qui vous souhaitez répondre (sinon laissez vide).