Arbitrage - Mains dans la surface : ce que dit le règlement

Commentaire(s)
Arbitrage - Mains dans la surface : ce que dit le règlement
Les lois du jeu ont changé sur le point particulier des mains, cette saison. 8E JOURNéE L1

C'est le grand capharnaüm en Ligue 1 depuis la reprise, marquée par de nouvelles règles concernant les mains sanctionnables ou non. Pour faire un peu de lumière, on a consulté les modifications apportées par l'IFAB (International Football Association Board), l'organe en charge des lois du jeu.

Une fois n'est pas coutume, le week-end de Ligue 1 a encore été marqué par des polémiques sur l'arbitrage. Après la main d'Arnaud Souquet dans le derby Montpellier-Nîmes (1-0) en milieu de semaine, c'est celle de Kevin Strootman qui n'a pas été signalée par l'arbitre ni ses assistants lors du match opposant Marseille à Rennes ce dimanche (1-1). "On n'y comprend plus rien !", a pesté Olivier Létang, le président du club breton, après la rencontre.

Sur un corner, le milieu de terrain Marseillais a dévié du bras droit une tête de Jérémy Gélin. Etait-ce intentionnel ? A-t-il volontairement augmenté la surface de son corps pour empêcher le ballon d'arriver devant les buts de Mandanda ? Autant de questions qu'a dû se poser Frank Schneider avant de laisser le jeu se poursuivre. Car contrairement à une idée reçue depuis la modifications des lois du jeu sur ce point sensible des mains, en début de saison, la plupart des cas restent bien à l'appréciation de l'arbitre.


EXTRAIT DES LOIS DU JEU DE L'IFAB

Il y a faute si un joueur :

- touche délibérément le ballon du bras ou de la main, avec mouvement du bras ou de la main vers le ballon ;
- récupère la possession ou le contrôle du ballon après avoir touché le ballon du bras ou de la main et ensuite marque un but ou crée une occasion de but ;
- marque directement de la main ou du bras, même de manière accidentelle (s’applique également au gardien)

Il y a en général faute si un joueur touche le ballon du bras ou de la main lorsque :

- la position du bras ou de la main a artificiellement augmenté la surface couverte par son corps ;
- le bras ou la main est au-dessus du niveau de l’épaule (à moins qu’il ait délibérément joué le ballon et que ce dernier touche ensuite son bras ou sa main).

Ces fautes sont sanctionnables même si le ballon touche le bras ou la main du joueur directement depuis la tête, le tronc ou la jambe d’un autre joueur à proximité.

En revanche, il n’y a en général pas faute si le ballon touche le bras ou la main d’un joueur :

- directement depuis sa tête, son tronc ou sa jambe ;
- directement depuis la tête, le tronc ou la jambe d’un autre joueur à proximité ;
- si le bras ou la main est près du corps et n’en augmente pas artificiellement la surface ;
- si un joueur tombe et que son bras ou sa main est positionné(e) entre son corps et le sol pour amortir la chute (et non pas latéralement ou verticalement)


Il n'y a donc que deux situations dans lesquelles l'homme en noir n'a pas d'autre choix que de signaler une faute de main : lorsque celle-ci amène directement un but ou une occasion de but ou quand le bras est au-dessus du niveau de l'épaule. Autrement, il doit juger de l'intentionnalité du geste ou de la position du joueur en question.

Dans le cas de Strootman, l'arbitre et ses assistants vidéos ont probablement considéré qu'il n'a pas délibérément intercepté la tête de Gélin avec son bras, ni "artificiellement augmenté la surface couverte par son corps" pour faire obstacle. C'est peut-être sur ce dernier point que le jugement de Mr.Schneider est contestable, la position de l'international néerlandais paraissant assez peu naturelle.