Argentine - "Humiliation", "déroute"... La presse locale découpe Sampaoli et Messi


Messi dans le viseur de la presse argentine
Argentine - 'Humiliation', 'déroute'... La presse locale découpe Sampaoli et Messi

L'Argentine se réveille avec la gueule de bois, ce vendredi, après la claque reçue par la Croatie hier soir (3-0). Les Argentins, au bord du précipice, pourraient avoir un pied dehors cet après-midi.

Après son match nul face à l'Islande samedi, le peuple argentin attendait une réaction de sa sélection contre la Croatie hier soir. Pourtant, comme le week-end dernier, les joueurs de l'Albiceleste ont très rapidement montré leurs limites, eux qui se sont qualifiés à l'arrache pour le Mondial. Dans un jeu beaucoup trop stéréotypé, où Messi n'a fait presque aucune différence, les Sud-Américians ont sombré face au collectif bien huilé des Croates.

Et visiblement, la presse locale a du mal à digérer ce nouveau contre-coup de la sélection. "Catastrophe contre la Croatie, l'Argentine a déçu et a un pied hors du Mondial", lance le journal Clarin sur son site internet. "Los Andes et Rio Negro attendent désormais un "miracle" pour se qualifier pour la phase finale. Forcément, la "frustration" gagne le pays, comme l'explique Norte, en raison de "l'humiliante déroute de l'Argentine face à la Croatie". Et évidemment, Jorge Sampaoli, le sélectionneur, est l'un des plus critiqués. "Le padre de la déroute", titre Uno. L'Argentine toute entière va scruter avec attention le résultat de Nigeria - Islande pour croire encore à une qualification miracle mais le cas Messi interpelle.

Lionel Messi inquiète

"Aujourd'hui, Messi était à l'arrêt, il était éteint, déprimé", explique Diego Latorre, le commentateur de la TV Publica, la chaîne nationale argentine. De son côté, Diaro Uno écrit une lettre ouverte à la Pulga pour lui demander d'assumer son rôle de leader et de changer son langage corporel. "Je n'attendais rien de personne, sauf toi. Tu m'as excité, tu m'as fait croire. Je te fais confiance et aujourd'hui, ça fait mal. Je ne veux pas d'un Messi "triste" pour avoir raté un pénalty. Je veux un Messi chaud. Je veux un Messi avec colère, qui encourage, qui crie. Je veux un Messi la tête haute, pour faire table rase en quelques secondes et se lever le lendemain pour vouloir tout casser. Je veux un Messi rebelle, qui motive le reste".

La Nacion se demande aussi ce qui est arrivée à la Pulga, "devenue une véritable énigme" : "Il arrive quelque chose de sérieux au numéro 10. Le meilleur joueur du monde ne peut pas être celui qu’on a vu jusqu’ici dans cette Coupe du Monde. L’équipe joue comme si Messi n’existait pas". Messi va devoir se relever, et vite.

Coupe du Monde

Argentine

Jorge Sampaoli

Presse Argentine CDM 2018