ASM - Henry est dépité, Vasilyev lui promet un gros recrutement

Commentaire(s)
ASM - Henry est dépité, Vasilyev lui promet un gros recrutement
Henry et Vasilyev se préparent à un mercato agité ASM EAG VASILYEV HENRY 19E JOURNéE L1

Monaco inquiète plus que jamais ! Dans le "match de la peur", l'ASM s'incline contre Guingamp... une défaite contre le dernier qui augure de gros casse-tête de Noël sur le Rocher.

Monaco avait l'occasion de distancer Guingamp, mais l'EAG revient sur les talons de l'ASM ! "La crise est grave", confirme Vadim Vasilyev après le coup de sifflet final. Les Monégasques avaient promis "la guerre" aux Bretons, ils ont perdu (0-2). "C'est une très mauvaise soirée, déplore le président asémiste. Le mal est profond, j'en suis conscient. C'est bien qu'on ait la trêve pour bien analyser les choses." Comme son entraîneur, Thierry Henry, le dirigeant attend un miracle de Noël : "il faut d'abord récupérer les blessés."

Avec une quinzaine d'absences en moyenne à chaque annonce de groupe, l'ASM semble maudite... "Il faut travailler et faire avec ce qu'on a, déplore coach Henry. Il faut travailler et travailler." Le fait est que "les résultats ne sont pas là", et que "cela fait trois matches où on est moins bien au niveau de l'envie." Le technicien le regrette, "ce n'est pas terrible de partir en vacances ainsi." Son président lui répond,"on va se renforcer, et rester qu'avec les joueurs qu'on va garder." Un tri dans l'effectif est à attendre... "La trêve ne sera pas agitée, mais le club va bouger en janvier."

"Jusqu'à ce soir je pensais qu'on n'aurait pas besoin de plus de deux joueurs, mais je me suis trompé, admet le dirigeant. C'est à nous maintenant d'agir, de faire avancer ce club, parce que cette situation n'est pas digne de l'AS Monaco." Avec des joueurs cadres comme Cesc Fabregas, approché depuis quelques semaines, la direction monégasque espère rendre son statut au club du Rocher... Mais le physique des joueurs n'est plus le seul aspect à prendre en compte, le moral est également bien atteint. Et de ce côté là, pas sûr que le recrutement puisse totalement inverser la tendance.