ASM - Mendy s'amuse de la rivalité avec les Parisiens

Commentaire(s)
ASM - Mendy s'amuse de la rivalité avec les Parisiens
Benjamin Mendy, le latéral asémiste PSG ASM BENJAMIN MENDY

Très courtisé à travers l'Europe, le défenseur français Benjamin Mendy est bien, pour l'heure à l'AS Monaco. L'ancien Marseillais, qui savoure encore le titre de champion raflé par le club de la Principauté, s'est livré aujourd'hui dans un long entretien avec le magazine Onze Mondial. L'occasion de revenir sur les aspects de la saison qui l'ont marqué, à commencer par la rivalité entretenue toute l'année avec le Paris Saint-Germain : "Doubler le PSG ? Ça fait trop du bien. J’ai un très bon ami à moi, Adrien Rabiot qui joue dans cette équipe. On parle souvent, on s’est chambrés plusieurs fois sur le sujet" explique-t-il. "Même avec Presnel (Kimpembe). Il me disait : « Vous allez craquer ». Je lui répondais : « Gros, on ne va rien lâcher. On n’a jamais été si proche d’un truc de malade, ce n’est pas aujourd’hui qu’on va lâcher ». On se disait ça dans une ambiance bon enfant. Tout en se respectant."

Prompt à charrier, le latéral monégasque n'a d'ailleurs pas manqué de le faire avec Thomas Meunier, un autre membre de l'effectif parisien : "Il avait dit : « J’ai vu les Monégasques dans leur fauteuil exulter à 2-2 et se rasseoir calmement à 3-2 ». Mais tu sais, moi, au départ, je n’avais même vu ce qu’il avait dit. Et puis un pote à moi de Paname m’a appelé pour me dire : « Tu as vu ce que Thomas Meunier a dit ? [...] Mais vas y réponds lui ». J’ai répondu : « Non, ça ne sert à rien. Il faut le laisser croire »" raconte-t-il. "La dernière fois, j’étais posé devant ma télé, je regardais Nice – PSG au calme dans mon canapé. Dès que le match s’est fini, je me suis dit : « Allez, je vais lui envoyer un petit tweet ». C’était la bonne occasion, c’était nickel. Aujourd'hui, il doit être triste par rapport au titre. Mais j’espère qu’il en rigole parce que c’est des petits échanges comme ça, pour rire. Sur les réseaux sociaux, c’est uniquement pour rigoler."