à la une
Mardi 4 Aout

ASSE/Arsenal - Les dessous de l'imbroglio William Saliba...

Commentaire(s)
ASSE/Arsenal - Les dessous de l'imbroglio William Saliba...
William Saliba ne terminera pas la saison avec les Verts. MERCATO

William Saliba, qui rêvait de terminer son aventure à l'ASSE par une finale de Coupe de France fin juillet, est forcé de retourner à Arsenal plus tôt que prévu. Explications...

Un imbroglio pour commencer. L'aventure de William Saliba à Arsenal ne débute pas sous les meilleurs auspices. Le club londonien, qui avait acheté l'été dernier le jeune défenseur (19 ans) à Saint-Etienne, avant de le rendre à son club formateur sous la forme d'un prêt, a refusé de prolonger celui-ci afin de lui permettre de disputer la finale de la Coupe de France, prévue le 24 juillet face au PSG. "Nous savons que c'est une déception pour William, mais il comprend que nous travaillons dans la protection de ses intérêts sur le long terme, ainsi qu'à ceux d'Arsenal", se sont défendus les Gunners dans un communiqué, en expliquant que leur décision répondait avant tout à des questions de santé. En fait, c'est surtout pour une histoire de gros sous que les négociations ont bloqué avec l'ASSE.

Pour comprendre, il faut remonter à l'été dernier et s'intéresser aux termes exacts du transfert conclu entre les deux clubs. Arsenal s'était offert Saliba contre une indemnité de 25 millions d'euros, assortie de 5 millions de bonus. L'un de ces bonus, fixé à 2,5 M€, devait être activé si le joueur débutait, au cours de son prêt chez les Verts, un minimum de 17 matchs, rappellent L'Equipe et ESPN. Une manière de s'assurer que la progression du joueur, exponentielle en 2018-2019, allait se poursuivre dans le Forez, malgré son départ définitif pour Londres à l'été 2020.

Or, avant l'arrêt forcé du football européen à la mi-mars, l'international U20 français, embêté par plusieurs blessures durant la première partie de saison, ne comptait que... 16 titularisations. La 17e devait intervenir face à Paris, le 24 juillet prochain, se disaient alors les dirigeants stéphanois. Sauf que pour accepter de prolonger le prêt de Saliba, leurs homologues britanniques leur ont demandé de s'asseoir sur ce fameux bonus. Le dilemme était alors clair pour l'ASSE : conserver Saliba pour la finale et oublier ces 2,5 M€, ou le laisser partir à Arsenal et tenter d'obtenir son dû. La deuxième option a été choisie, au détriment de l'esprit sportif. Chacun se fera sa propre opinion sur le(s) responsable(s) de ce triste épisode, mais la victime est, elle, toute trouvée : le joueur.