ASSE - Claude Puel voit le verre à moitié vide

Commentaire(s)
ASSE - Claude Puel voit le verre à moitié vide
Claude Puel a encore du pain sur la planche.

Malgré les résultats probants de son équipe depuis qu'il l'a reprise en mains, Claude Puel n'a pas été emballé par son niveau de jeu, encore loin de ses attentes.

Six points pris sur six possibles, voilà un bilan dont bon nombre d'entraîneurs se contenteraient pour leurs débuts sur un banc. Mais Claude Puel, venu au chevet d'une équipe stéphanoise malade il y a une vingtaine de jours, n'est pas de cette espèce. Il faut dire que son équipe a encore du "retard" à rattraper, que ce soit en championnat ou en Europa League, où elle tentera d'obtenir sa première victoire à l'occasion de la réception d'Oleksandria, jeudi dans le cadre de la 3e journée. "On est en retard dans cette compétition, comme on était en retard et comme on peut l'être encore en Ligue 1", a-t-il noté en conférence de presse.

Perfectionniste, Puel attend surtout de ses joueurs, au-delà du point de vue purement comptable, qu'ils affichent des progrès dans la production du jeu. "Mais encore une fois, on est en retard d'un point de vue comptable parce qu'on a été en retard au niveau de la qualité d'ensemble de l'équipe et des matchs qui ont été fournis", a expliqué le technicien, qui fixe à ses joueurs des objectifs de moyens plutôt que de résultats. "Ce qui m'intéresse, c'est qu'on mette les bons ingrédients (...) Le plus important est de jouer pour avoir la bonne récompense à la fin. La principale donnée, c'est de se concentrer sur notre jeu."

Puel note du mieux dans l'état d'esprit

Dans le jeu, justement, la marge de progression est encore énorme. "On ne domine pas nos matchs, on ne maîtrise pas nos matchs, parce qu'il y a un long chemin encore à faire", a poursuivi le Castrais, loin d'être comblé par la dernière prestation de ses hommes à Bordeaux (victoire 0-1). Puel attend du mieux, mais relève tout de même un changement dans l'état d'esprit. "Il faut continuer à progresser et garder un état d'esprit qui, ces derniers temps, est intéressant", a-t-il souligné. "Il faut bâtir là-dessus, mais ce n'est pas suffisant pour maintenir une qualité et de la régularité, donc il faut continuer à progresser." Il y a du pain sur la planche.