ASSE - Le léger coup de pression de Roland Romeyer à Ghislain Printant

Commentaire(s)
ASSE - Le léger coup de pression de Roland Romeyer à Ghislain Printant
Ghislain Printant et les Verts ont entamé difficilement la saison.

Malgré des résultats décevants depuis l'entame de la saison, Ghislain Printant n'est pas menacé à court terme par ses dirigeants. Mais son président à l'ASSE n'a pas manqué de rappeler les investissements réalisés récemment engendrent automatiquement des attentes fortes...

Une victoire, deux nuls et deux défaites. Le bilan des cinq premières journées de Ligue 1 n'est pas des plus réjouissants pour l'AS St-Etienne, qui s'apprête à faire son entrée en lice dans la Ligue Europa, jeudi sur la pelouse de La Gantoise. La position de Ghislain Printant pourrait s'en retrouver fragilisée, d'autant qu'aux résultats décevants s'ajoute une pauvre qualité de jeu. Mais il n'en est rien à en croire sa direction. "Pas du tout", assure Roland Romeyer dans une interview au Progrès. "On s'est encore vu ce matin (mardi). Comme les joueurs, il est frustré par les deux derniers résultats (défaite 1-0 à Marseille et nul 2-2 contre Toulouse, ndlr). J'accorde une grande confiance à Ghislain Printant et son staff."

Le président du directoire stéphanois n'a pas pour habitude de se précipiter pour remercier ses entraîneurs. Les deux derniers partis (Oscar Garcia et Jean-Louis Gasset) avaient pris eux-mêmes leurs décisions, tandis que leur prédécesseur Christophe Galtier a passé plus de sept ans sur le banc forézien. Mais s'il n'a pas l'intention de se séparer de Printant à court terme, Romeyer ne manque pas de lui rappeler les investissements réalisés pour composer son effectif. "On a pris des risques. On a mis tout ce que l’on pouvait pour bâtir le groupe le plus compétitif possible. Celui-ci a été profondément renouvelé. Il est important et de qualité. Les postes sont doublés. Il s’agit pour moi du meilleur effectif que l’on ait eu depuis que je suis arrivé en 2004."

"Il faut maintenant apprendre aux joueurs à travailler ensemble. Mais je suis confiant. J’ai discuté avec les cadres, ils sont tous optimistes", poursuit le dirigeant Stéphanois, insistant sur les dépenses récemment consenties. "109 millions d’euros de dépenses, c’est historique. On a élaboré un budget ambitieux. Depuis 2015, il est en augmentation de près de 40 %. La masse salariale, par exemple, a, elle, augmenté de plus de 40 %. On a fait des efforts. Les enjeux sportifs et financiers sont importants. C’est lourd", conclut-il. Ghislain Printant va désormais devoir montrer qu'il a la stature pour endosser le rôle de numéro un chez les Verts. Et les épaules assez solides pour supporter une pression qui s'accentue semaine après semaine...