ASSE - Objectif 2020 : Caïazzo annonce de belles ambitions avec les Verts


Romeyer - Caïazzo : la saga continue
ASSE - Objectif 2020 : Caïazzo annonce de belles ambitions avec les Verts

L'ASSE n'est plus à vendre ! Dans un entretien accordé à L'Equipe, Bernard Caïazzo explique les tenants et aboutissants du renouveau ligérien : le duo Caïazzo - Romeyer rempile jusque 2020. Et pas sans ambition.

Bernard Caïazzo et Roland Romeyer sont encore Verts, merci pour eux ! Le 24 mai dernier, les dirigeants stéphanois rompent les négociations exclusives pour la revente de leur club à Peak 6. Depuis, plus d'Américain à l'horizon, pas plus que de repreneur : "Roland et moi estimons que nous n'avons pas terminé notre travail", annonce Bernard Caïazzo dans un entretien accordé à L'Equipe. Trois arguments les poussent à poursuivre l'aventure. "L'évolution des droits télé à partir de 2020 (...), la victoire de l'équipe de France en Coupe du monde, un élément porteur (...) et l'évolution du trading joueurs."

Si l'ASSE prend exemple sur "dix clubs de Ligue 1" et sur leurs trente millions de vente cet été, ses présidents misent également sur "un minimum de 60 M€ supplémentaires sur quatre ans grâce aux droits TV". Le tout, en deux saisons, et à une place "égale voire inférieure" dans le classement de Ligue 1. De fait, l'espoir renaît chez les deux présidents historiques du club. "Nous pouvons entrer dans les années 2020 avec une certaine puissance, sans avoir besoin de céder le club." Sans le céder, mais pas sans apport : les Verts recourent aux prêts. "C'est tout à fait déraisonnable et faux de dire que le club vit désormais à crédit", calme d'emblée le président du conseil de surveillance stéphanois.

Horizon 2020 : le Cap Vert

"Tout le monde, même l'entreprise la plus riche du monde, emprunte", plaide Bernard Caïazzo. Conséquence, "certaines lignes de compte" peuvent atteindre un "-25" en millions d'euros. Le président le sait, l'ASSE "aura un déficit structurel de dix millions d'euros en fin de saison. Mais pas l'an prochain." Et pour cause, la gestion change, les Verts ont trouvé des bases structurelles, tant sur le terrain qu'en dehors... et "nous restons ouverts à des associés qui veulent nous aider à passer un cap, pas à des repreneurs."

Ces "repreneurs" pourraient être quelque peu rebutés par la gestion bicéphale du club. Une gestion dans laquelle deux clans semblaient s'opposer il y a six mois. Depuis, Roland Romeyer s'est quelque peu effacé... "Roland a des gens jaloux de lui sur la place, tonne son associé. Ils m'ont contacté. Mais je les ai renvoyés car ce sont des renégats. Tant que nous resterons unis et solidaires, rien n'arrivera au club." Conséquence, le duo poursuit son travail. Un travail parental. "Pour nous, l'AS Saint-Étienne est comme notre enfant. Il y a une notion de chair et de sang."

Dirigeants et supporters main dans la main ?

Une histoire familiale à laquelle les deux hommes comptent associer leurs supporters. "On possède une base de trois millions de fans en France. Mais est-ce qu'on est proactif avec eux ? Non. C'est eux qui viennent à nous." Désormais, le club compte avancer uni. D'ici 2020, le club ne compte "pas jouer petit bras" et avancer ambitieux. La direction voit un "potentiel considérable à développer." Et pour faire la différence ? "Une stratégie pensée à l'avance, voulue et non pas subie, ajoutée à la qualité de notre staff et de notre équipe."

Saint-Etienne

ASSE Caiazzo Romeyer