Barça/Atlético - Griezmann : un mail pourrait condamner les Blaugranas

Commentaire(s)
Barça/Atlético - Griezmann : un mail pourrait condamner les Blaugranas
L'Atlético détient désormais une preuve contre le FC Barcelone

Le feuilleton Antoine Griezmann n'est pas encore clos. Un nouvel élément pourrait de nouveau tout chambouler. Alors que le Barça a payé, le 12 juillet, les 120 M€ de la clause libératoire du français (au 1er juillet), l'Atlético Madrid avait tout de suite contesté l'indemnité versée par Josep Bartomeu et ses hommes. La direction madrilène réclamait 200 M€ (montant correspondant à la clause de libération du joueur avant début juillet) aux Barcelonais, considérant que les négociations avaient débuté avant que le champion du monde 2018 soit officiellement autorisé à aller voir ailleurs. Aujourd'hui, El Mundo dévoile sur son site qu'un mail pourrait appuyer les propos des Colchoneros.

Ce message électronique datant de mars prouverait la culpabilité de Grizou et son nouveau club. En effet, le quotidien espagnol fait état d'un envoi de l'avocat du natif de Mâcon vers Maud et Alain Griezmann, respectivement soeur (mais aussi représentante) et père de Grizi. Celui-ci comprendrait des détails concernant les négociations qui devaient permettre à l'ex-joueur de la Real Sociedad de rejoindre les Blaugranas. El Mundo précise que le message contiendrait le montant du salaire que l'attaquant devait percevoir mais aussi des précisions concernant les commissions. Le directeur général de l'Atlético, Miguel Angel Gil, détient désormais une arme de poids afin de mettre pression aux Azulgranas et de les forcer à payer les 80 M€ qui séparent l'indemnité payée par le Barça du montant de la clause libératoire de Griezmann avant le 1er juillet. En dehors de ce potentiel acompte, le FC Barcelone risque gros auprès de la FIFA, qui interdit les négociations avec un joueur lorsqu'il est encore sous contrat ou du moins lorsque son club de l'autorise pas à négocier. Les Catalans pourraient être privés de recrutement lors de plusieurs fenêtres de transfert mais tentent pour le moment de se défendre en clamant que le mail retrouvé n'a aucun caractère officiel et ne démontre pas de discussions directes entre instances catalanes et clan Griezmann. Aussi, ils affirment n'avoir pas signé de pré-contrat avec le star hexagonale. Malgré tout, les pensionnaires du Camp Nou peuvent trembler car les instances pourraient ne pas retenir leurs arguments.