à la une
Dimanche 25 Octobre

Barça - C'est la zizanie au FC Barcelone !

Commentaire(s)
Barça - C'est la zizanie au FC Barcelone !
Josep Maria Bartomeu est en conflit ouvert avec son vice-président Emili Rousaud.

Poussé vers la sortie par Josep Maria Bartomeu, le vice-président du FC Barcelone Emili Rousaud refuse de démissionner et riposte publiquement.

À défaut de trembler sous le poids de ses quelques 100 000 habitués, le Nou Camp est secoué par les polémiques en tous genres en cette période de crise du covid-19. Après l'affaire de la baisse des salaires des joueurs, qui a suscité de vives réactions en Catalogne fin mars, Josep Bartomeu se retrouve à nouveau au coeur du maelstrom après avoir tenté de pousser à la démission plusieurs membres de la direction du club culé, dont Emili Rousaud, vice-président pressenti pour prendre sa succession à la présidence dans un an. Et la réaction de ce dernier n'a rien d'un appel au calme. "Je n'ai pas l'intention de présenter ma démission", lâche Rousaud dans une interview accordée à plusieurs médias espagnols, dont El Mundo Deportivo. "Selon les statuts du club, je peux être rétrogradé (...) Mais en tant qu'élu, je ne peux pas être expulsé."

Remonté, Rousaud relaye les explications que lui a fournies son président au moment de le pousser vers la sortie. "Bartomeu m'a appelé et m'a dit qu'il voulait remodeler le conseil d'administration, qu'il avait des réticences avec certains dirigeants, dont moi. Il m'a dit qu'il y avait des fuites qui gênaient les joueurs et que j'avais remis en question le travail des dirigeants." Il y a dix jours, au moment d'annoncer la baisse des salaires au niveau de l'effectif, Lionel Messi s'était dit "surpris qu'à l'intérieur même du club, certains essaient de braquer les projecteurs sur nous et essaient de nous mettre la pression afin que nous fassions une chose que nous avons toujours eu l’intention de faire".

Rousaud n'a pas dit son dernier mot

"C'est la faute à Rousaud", répondrait volontiers Bartomeu à son numéro 10. Mais l'intéressé se défend d'être à l'origine des fuites : "je parle à la presse, mais je ne fais pas fuiter les informations. Je l’ai fait une seule fois, mais j’avais prévenu. Je ne critique pas les joueurs. J’ai la conscience tranquille et je sens que tout cela est lié au thème du Barçagate." Le Barçagate, c'est cette affaire (encore une) qui avait éclaté mi-février, après des révélations sur des agences de communication engagées par le Barça afin de nuire à la réputation de plusieurs opposants, mais aussi de certains de ses propres joueurs. "Dans l’affaire du Barçagate, je faisais partie du comité d’arbitrage, qui doit valider toute dépense supérieure à 200 000 euros, et les factures de ces sociétés ont été fractionnées afin de contourner les contrôles internes du club, c’est factuel."

Rousaud, lanceur d'alerte dans le Barçagate et candidat déclaré à la présidence du club catalan ("l'idée de devenir président me ravit"), serait-il devenu trop gênant pour Josep Maria Bartomeu ? Ça en a tout l'air. Mais pas question pour lui de plier : "j'ai besoin de réfléchir, je demande du calme, je n'ai rien fait pour mériter un tel traitement", poursuit l'homme d'affaires. "Il est normal que Bartomeu veuille des personnes dignes de confiance autour de lui, mais ce ne sont pas les bonnes manières de le dire en plein confinement et par téléphone." Ambiance...