à la une

Brest - Olivier Dall'Oglio remonté contre l'arbitrage après le revers contre Rennes

Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur du Stade Brestois 29.
Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur du Stade Brestois 29. 20E JOURNéE L1

Malgré une ouverture du score précoce et plusieurs occasions franches, le Stade Brestois 29 s'est incliné face au Stade Rennais FC (1-2, analyse et notes), ce dimanche après-midi lors de la 20ème journée de Ligue 1. En conférence de presse, Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur brestois, avait bien du mal à cacher sa frustration suite à cette défaite dans le derby et ne s'est pas fait prier pour remettre en cause certaines décisions arbitrales plus que litigieuses.

"La défaite est un peu lourde pour nous. Elle a un goût amer. Je pense sincèrement qu’on pouvait faire mieux en termes de résultats. On a fait le match qu’il fallait, on a été disciplinés. On sait que cette équipe en face a des qualités avec une grosse conservation du ballon, un milieu et des attaquants assez efficaces. On est arrivés à les contenir. Sur les regrets que je peux avoir, le premier but que l’on encaisse trop rapidement. On manque encore un peu de caractère, on perd deux ou trois duels, c’est là qu’il faut encore progresser. Car derrière, on a réussi à bien les contenir, les occasions qu’ils ont sont plutôt lointaines. Sur le plan offensif, on a eu des occasions, c’est ce qu’on recherche. Il nous manque toujours cette touche technique qui nous ferait du bien par moments dans la conservation. Parfois, on perd des ballons un peu bêtement. Derrière, il faut récupérer le ballon, relancer et repartir, c’est un peu usant. Mais en termes de discipline, de caractère, on était là. Ça s’est joué sur des détails et il y en a eu deux ou trois…", a indiqué le technicien breton, et d'étayer ses propos : "Je trouve qu’il y a des incompréhensions. Il y a une grosse faute, tout le monde l’a vu, ça passe complètement inaperçu à la 45’. On peut me raconter que ça a été vu et vérifié à la VAR, ça fait plusieurs fois qu’on me le dit mais je commence à émettre des doutes. Je fais confiance au corps arbitral mais là, je pense que ça n’a pas été checké. Quand vous voyez les images, il n’y a pas photo. Le plaquage est interdit au football, à moins que ça ait changé cette nuit. Que sur le penalty (de la 74’), l’arbitre siffle, c’est sa décision mais sur des matches serrés qui ne se jouent à pas grand chose, ce sont des petits détails qui font la différence. On ressort frustrés car on ne mérite pas de perdre".