à la une
Samedi 24 Octobre

Caen - L'énorme coup de gueule de Pascal Dupraz

Commentaire(s)
Caen - L'énorme coup de gueule de Pascal Dupraz
Pascal Dupraz pousse un énorme coup de gueule 16ES CDF

Pascal Dupraz avait des messages à faire passer en conférence de presse. L'entraîneur du Stade Malherbe Caen, qui a procédé à un léger turn-over contrairement à son XI type, n'a pas du tout apprécié la lourde défaite à Montpellier cet après-midi en Coupe de France (0-5) et l'a fait savoir en conférence de presse. "Des cadeaux à l'adversaires ? Oui, le premier, le deuxième, le troisième, le quatrième, le cinquième. Tout une boite de vitesse ! On n'était pas en danger, peu en danger en début de match, avec une bonne entame, des occasions. Alors qu'il n'y a pas de danger, (...) on commet une faute alors qu'il y a personne. Comment faire pour se couper un bras alors qu'on est en pleine force de l'âge. A partir de là on s'est compliqué la tâche" explique Dupraz. S'il pointe du doigt ses joueurs, l'entraîneur n'oublie pas de faire son auto critique. "Ensuite c'est totalement la responsabilité du coach que je suis. Je suis quelqu'un qui assume. À savoir me persuader que, quand on fait des tests, un turnover, on se trompe. Mon objectif c'est d'en terminer avec les erreurs de casting, voilà. Ce match là pour le coach que je suis me fait avoir les idées claire quant aux joueurs compétitifs et ceux qui ne le sont pas. J'ai avancé d'une case à titre personnel".

Relancé sur les nombreuses erreurs caennaises, Dupraz en a rajouté une couche. "Des progrès on en fait mais des cadeaux aussi. C'est une histoire de pertinence, de culture tactique par moment, de pondération, de retenue. Ce soir, pour certains il n'y a manifestement pas le minimum requis. Je saurai à l'avenir m'en inspirer. Je ne suis pas un adepte du turn-over, la seule fois ou je le fais je dois admettre que je me suis trompé. Je suis sanctionné, croyez moi je vais me reprendre". Le Savoyard finit par envoyer le coup de grâce : "Beaucoup revendiquent de jouer. Mais quand vous jouez, vous êtes à poil (syc). Qu'es ce qu'ils vont me dire après ça ? Qu'ils ne jouent pas assez ? Les dés sont pipés. (...) Je ne suis pas inquiet mais extrêmement réaliste, comme si la lumière était venue à moi. Je suis certain d'une chose, c'est que certains vont arrêter de frapper à ma porte pour demander des explications. Mais moi, je vais frapper à leur casier pour leur en demander".