à la une
Mardi 27 Octobre

CDF - Saint-Etienne renverse Rennes et rejoint le PSG en finale (résumé et notes)

Commentaire(s)
CDF - Saint-Etienne renverse Rennes et rejoint le PSG en finale (résumé et notes)
L'AS Saint-Etienne a dominé le Stade Rennais FC (2-1), ce jeudi soir en Coupe de France. 1/2 CDF

Dans leur Chaudron de Geoffroy-Guichard, les Verts ont renversé Rennes (2-1), lors de la seconde demi-finale de la Coupe de France. 38 ans après, l'AS Saint-Etienne, en sortant le tenant du titre, va faire son retour en finale de la compétition !

Devant leurs supporters, chauffés à blanc, les Stéphanois réalisaient la meilleure entame. Yohan Cabaye, sur coup-franc, décochait la première banderille ligérienne du match (11ème). Ce même Cabaye, quelques petites minutes plus tard, flirtait avec l'ouverture du score sur un ballon piqué sauvé sur sa ligne par Damien Da Silva (18ème). Appliqués, mordants, présents dans les duels et hargneux dans le pressing, les Verts affichaient un visage séduisant et conquérant. Dans un beau temps fort, Loïs Diony s'essayait alors des vingt mètres, du droit, et contraignait Édouard Mendy à la parade (20ème). Sérieusement malmenés, les Rouge-et-Noir, hormis une frappe du pied gauche décochée par Romain Del Castillo (7ème), ne montraient pas grand chose... Mais Rennes n'est pas sur le podium de la Ligue 1 et tenant du titre de la compétition pour rien.

Ainsi, sur un crochet dévastateur du gauche, Raphinha poussait William Saliba à la faute dans sa propre surface. L'arbitre central n'hésitait pas et désignait logiquement le point de penalty (31ème). Sans trembler, d'une lourde frappe du droit plein axe, M'Baye Niang faisait mouche et plaçait son équipe en tête au tableau d'affichage (0-1, 33ème). Malgré ce coup dur, suivi d'un second avec la sortie sur blessure de Yohan Cabaye, les Verts ne baissaient pas les bras mais éprouvaient quand même un peu plus de mal à se montrer dangereux. La faute à des hommes de Julien Stéphan plus sereins et plus agressifs dans leurs interventions. Ces derniers se faisaient malgré tout rattraper peu avant la pause. Sur un centre enroulé du droit déployé depuis le couloir gauche par Loïs Diony, Timothée Kolodziejczak, comme un symbole, plaçait une magnifique tête renversée qui terminait sa course dans le petit filet opposé d'Édouard Mendy (1-1, 43ème).

Ryad Boudebouz fait exploser le Chaudron !

Au retour des vestiaires, les Verts, sous une pluie de plus en plus battante, se faisaient une grosse frayeur. Sur la droite, Hamari Traoré centrait pour M'Baye Niang mais Jessy Moulin s’interposait. Il fallait ensuite un retour salvateur de Mathieu Debuchy pour empêcher l'avant-centre sénégalais de s'offrir le doublé dans le but vide (51ème). Par la suite, les débats s’équilibraient et les vingt-deux acteurs peinaient à se créer des occasions. Seul un coup-franc trop mollasson de Denis Bouanga était à signaler (66ème). Le match s'emballait finalement dans les dernières minutes avec une énorme double occasion pour les Foréziens. Décisif en tout début de seconde période, Mathieu Debuchy, le capitaine de l'ASSE, décochait une reprise de volée puissante du droit, de près, mais butait sur un Édouard Mendy décisif des gants (90ème+1). Dans la continuité de l'action, Charles Abi voyait son plat du pied gauche être contré in extremis par un sauvetage magnifique signé Hamari Traoré (90ème+1). La route des prolongations semblait alors promise...

Mais, quelques secondes plus tard, les Verts parvenaient à arracher leur qualification. Sur une sublime sortie de balle de William Saliba, qui se ruait à l'offensive, Denis Bouanga était trouvé aux abords de la surface. Après avoir crocheté Faitout Maouassa, le Gabonais s'effaçait pour laisser le cuir à Ryad Boudebouz. Entré en jeu à la 83ème, l'Algérien se fendait alors d'une merveille de plat du pied gauche qui finissait sa course au pied du poteau d'Édouard Mendy, surpris sur sa gauche (2-1, 90ème+4). Le Chaudron pouvait exulter ! Grâce à ce succès arraché sur le gong, au terme d'un match convaincant, l’AS Saint-Etienne avait retrouvé un peu de son sourire : 38 ans après, elle fera son retour en finale de la Coupe de France, où elle se mesurera - comme en 1982 - au PSG, le 25 avril. Le Stade Rennais, de son côté, ne réalisera pas le back-to-back. Tenant du titre de la compétition, le club breton prend la porte à l'issue d'une prestation d'ensemble globalement décevante.

Photos associées