CDM 2018 - L'Uruguay maîtrise le Portugal et retrouvera les Bleus (résumé et notes)

Commentaire(s)
CDM 2018 - L'Uruguay maîtrise le Portugal et retrouvera les Bleus (résumé et notes)
Cavani porte l'Uruguay face au Portugal CDM 2018 PORTUGAL URUGUAY

L'Uruguay ira défier la France, vendredi prochain à 16h00, en quart de finale de Coupe du Monde. La Celeste a éliminé le Portugal grâce à une solidité défensive impressionnante.

Coupe du Monde - Huitième de finale
Uruguay - Portugal : 2-1 (1-0)
Buts : Cavani (7e, 62e) pour l'Uruguay. Pepe (55e) pour le Portugal.

Malgré l'euphorie de la victoire face à l'Argentine (4-3), l'Équipe de France a forcément jeté un regard sur cet Uruguay-Portugal afin de connaitre son futur adversaire. Soit le Portugal, pour une revanche après la finale de l'Euro perdue au Stade de France (1-0 après prolongations), ou l'Uruguay, une équipe habituée à défendre et souffrir en équipe (0 but encaissé en phase de poule). Et la rencontre a livré toutes ses promesses. Après une frappe de Ronaldo dans les gants de Muslera (5e), la Celeste trouve la faille à la 7ème minute sur une action orchestrée par Edinson Cavani, à la création comme à la finition. Sur la droite, le Parisien réalise une sublime transversale pour Luis Suarez avant de poursuivre sa course et profiter du marquage laxiste de Raphaël Guerreiro pour être à la retombée du centre supersonique de son coéquipier. De la joue, et de manière peu académique, El Matador conclut devant Rui Patricio, laissé bien trop seul. Et face à une équipe comme l'Uruguay, encaisser un but rapidement et être mené au score est loin d'être la meilleure solution.

La raison ? La capacité du bloc défensif urguayen à s'entendre parfaitement. Aussitôt cette courte avance prise, les hommes d'Óscar Tabárez forment un bloc compact et imperméable devant les assauts bien trop timides de la Seleçao das Quinas. "Si c'est ennuyeux et qu'on gagne, on ne se plaindra pas !" confiait d'ailleurs le sélectionneur sud américain avant la rencontre. Tous prêts à souffrir, Luis Suarez et Edinson Cavani sont les premiers à lancer le pressing sur les défenseurs portugais, et n'hésitent pas à venir aider leurs partenaires dans leurs 30 mètres. Le Pistolero ne manque toutefois pas d'être menaçant et alerte Rui Patricio à la 22ème sur un coup-franc lointain. Il profite d'un mur portugais dispatché pour trouver le cadre. Jusqu'à la pause, les Portugais et Cristiano vont tenter de percer ce mur solide, sans réussite, malgré les 60% de possession de balle.

Le Portugal égalise, mais Cavani brille encore...

Conscients de leurs difficultés face aux Uruguayens, les Portugais reviennent avec de meilleures intentions, le couteau entre les dents. Fernando Santos fait permuter Joao Mario et Bernardo Silva, un ajustement qui fait mouche rapidement. Sur un corner rapidement joué côté gauche, Bernardo Silva centre dans la surface et Pepe s'élève au-dessus de Godin, qui a les yeux rivés sur Ronaldo, pour propulser le cuir de la tête au fond des filets (1-1, 55e). Si l'Uruguay peut douter, Edison Cavani, excellent depuis le début du Mondial, est imperméable à la pression et le prouve sur une nouvelle inspiration grandiose. Sur un long ballon de sa défense, le Parisien, décalé sur la gauche, prend sa chance en une touche de balle et enroule parfaitement son cuir pour éliminer Rui Patricio (2-1, 62e).

Les Portugais n'ont pas dit leur dernier mot, malgré ce gros coup derrière la tête. Fernando Santos décide de jouer le tout pour le tout et fait sortir Adrien Silva pour l'entrée du surprenant Ricardo Quaresma. Ce dernier se met rapidement en action et provoque une "petite" erreur de Muslera, qui relâche un centre de Guerreiro. À l'affût, Bernardo Silva tente sa chance, de son mauvais pied, et rate le cadre (70e). Dans le même temps, l'Uruguay perd Edinson Cavani sur blessure. Pas de quoi déstabiliser le bloc sud-américain, toujours aussi compact malgré la perte de son meilleur joueur. Le réveil portugais a du mal à sonner, la faute à des erreurs trop nombreuses en attaque. Dans le même temps, Cristiano Ronaldo s'agace, se crispe, et tente de faire la différence tout seul. Des tentatives trop faciles à stopper et contrer pour la défense adverse, toujours aussi bien en place malgré la fatigue et la pression du résultat. Au final, l'Uruguay, cruellement réaliste, s'impose face à des Portugais entreprenants, mais pas assez décisifs dans le dernier geste. La France va avoir beaucoup de travail pour se défaire de la Celeste !

LES NOTES

URU : Muslera (5) - Cáceres (6), Godín (5,5), Giménez (7), Laxalt (8) - Torreira (7), Vecino (5), Nández (7), Bentancur (5) - Suárez (6,5), Cavani (8,5).

POR : Rui Patricio (4) - R.Pereira (4), Pepe (5), Fonte (5), R.Guerreiro (3) - B.Silva (5), W.Carvalho (7), A.Silva (5), J.Mario (4) - Guedes (3), Ronaldo (3).