CDM 2018 - La France termine première au terme d'un match (vraiment) nul (résumé et notes)

Commentaire(s)
CDM 2018 - La France termine première au terme d'un match (vraiment) nul (résumé et notes)
Les Bleus ont été accrochés FRANCE CDM 2018 DANEMARK

Une nouvelle fois, les Bleus ne se sont pas montrés brillants pour cette dernière journée de phase de poules face au Danemark. Déjà qualifiée, la France n'a pris aucun risque en offrant un match ennuyant, sans pour autant rassurer.

CDM 2018 - Groupe C (3ème journée)
Danemark - France : 0-0 (0-0)

Sous une chaleur étouffante, au Stade Loujniki, les Bleus ont refroidi tous les supporters présents, la faute à un prestation bien fade. Frileux, alors qu'ils sont presque assurés d'être premiers à l'issue de cette dernière journée, les coiffeurs de Didier Deschamps -qui ont pourtant une vraie carte à jouer- n'ont pas montré grand chose, ni une réelle envie d'offrir un casse-tête au sélectionneur. Ce dernier égalait d'ailleurs, dans le même temps, le record de nombres de matchs disputés à la tête de Bleus (79 matchs, comme Domenech).

Dès les premières minutes, les Bleus sont bousculés par le pressing et l'impact physique des Danois, à l'image des difficultés de Presnel Kimpembe à s'imposer. Ce dernier, qui fête là sa première titularisation avec les Bleus, est pas loin de provoquer un pénalty après une bataille avec Martin Braithwaite dans la surface de réparation (4e), avant de se faire bouger à plusieurs reprises par Cornelius. Mais les 22 acteurs ne proposent pas un grand spectacle pour le public moscovite, pourtant venu en nombre, et les actions des Français se comptent sur les doigts d'une main : une frappe de Giroud déviée par Schmeichel (15e), une tentative de Dembélé pas loin du cadre (33e) ou encore un tir de Griezmann (le premier cadré) à la 39ème. En face, le Danemark n'est pas loin de surprendre les hommes de Deschamps par deux fois. Djibril Sidibé accroche d'abord un Danois dans la surface (22e) sans pour autant être réprimandé par l'arbitre, avant que Mandanda sorte de justesse dans les pieds d'Eriksen (29e) après un contre foudroyant.

L'animation offensive, toujours à la peine

Les Français ont confirmé les problèmes perçus face au Pérou et l'Australie, à savoir de grandes difficultés dans le domaine offensif. Si les Danois n'ont pas été particulièrement dangereux (une seule frappe tentée en 1ère mi-temps), les attaquants français peinent toujours autant à briller (0 passe échangée entre Giroud et Griezmann dans les 45 premières minutes). Didier Deschamps ne parvient pas à trouver le bon système, et l'alchimie ne prend pas dans un groupe pourtant pétri de qualité. Les schémas de passe stéréotypés ne surprennent pas le bloc compact danois, et les joueurs ne prennent aucun risque offensivement.

Alors qu'on aurait pu penser que la mi-temps allait permettre à Didier Deschamps d'ajuster ses consignes -ou tout simplement de passer une grosse soufflante contre ses joueurs- les Bleus reviennent sur le terrain timidement. Les offensifs ne lancent, par exemple, aucune phase de pressing pour empêcher les Danois de ressortir le ballon, à l'image d'un Thomas Lemar catastrophique. Le nouveau joueur de l'Atlético multiplie les approximations techniques, mais pas les courses vers l'avant. Côté Danois, Eriksen alerte Mandanda à la 54e sur un coup-franc lointain. Le portier marseillais relâche le cuir mais suit parfaitement l'action pour éviter d'offrir une action de but.

Nabil Fekir, seule lumière des Bleus

Les seuls gros frissons de cette seconde mi-temps sont provoqués par Nabil Fekir. Tout juste entré en jeu à la place d'un Antoine Griezmann encore transparent, le Lyonnais frôle le montant droit de Kasper Schmeichel d'une lourde frappe des 25 mètres (70e). Dix minutes plus tard, il arme encore de sa délicieuse patte gauche, mais cette fois le portier s'interpose (81e). Les Bleus vont probablement se contenter de ce match nul pour sceller la première place du Groupe C, mais restent encore perfectibles. Didier Deschamps, tout comme les 23 joueurs, va devoir trouver des solutions et mettre au travail pour éviter une potentielle désillusion. D'ici le 8es de finale (samedi 16h00), il pourrait avoir un autre problème à gérer, celui de la sortie de Lucas Hernandez pour Benjamin Mendy, à la 50e, en raison d'un pépin physique.

LES NOTES

DAN : Schmeichel (6) - Dalsgaard (5), Kjaer (6), Christensen (6), Jorgensen (6), Stryger (5) - Delaney (7), Eriksen (5) - Braithwaite (5), Cornelius (4), Sisto (3).

FRA : Mandanda (5) - Sidibé (3), Varane (6), Kimpembe (5), Hernandez (4) - Kanté (6), N'Zonzi (5) - Dembélé (3), Griezmann (3), Lemar (2) - Giroud (4).

Photos associées