à la une
Vendredi 27 Novembre

Chelsea - Hazard reconnaît la supériorité du PSG et explique le fiasco des clubs anglais !

Commentaire(s)
Eden Hazard avait pourtant beaucoup tenté face au PSG.
Eden Hazard avait pourtant beaucoup tenté face au PSG.

Dans les colonnes de L'Equipe, Eden Hazard revient ce matin sur l'élimination de Chelsea face au PSG au stade des huitièmes de finale de la Ligue des Champions, mais aussi, plus globalement, sur la déroute des clubs britanniques sur la scène européenne, cette saison. Tout en essayant d'y trouver une explication...

Un peu plus de deux semaines après la désillusion de Stamford Bridge face au Paris Saint-Germain, la déception de l'élimination semble s'être enfin dissipée chez Eden Hazard et les Blues. Même si un goût amer persiste dans la gorge de l'attaquant belge. "À la maison, à dix contre onze, quand tu mènes deux fois au score, tu dois te qualifier", regrette-t-il dans les colonnes de L'Equipe, ce matin.

Mais plutôt que de s'apitoyer sur leur sort, les Londoniens préfèrent voir le bon côté des choses et cette élimination, bien que vécue comme un coup d'arrêt dans une saison jusqu'alors flamboyante (déjà une Coupe de la Ligue à leur actif), pourrait finalement leur permettre de répondre à un autre objectif érigé en début de saison : le sacre en Premier League.

"D'un autre côté, on s'est dit aussi que si on était passés en quarts de finale, le calendrier aurait été tellement dur pour essayer de continuer sur tous les tableaux, que c'est peut-être un mal pour un bien", relève Hazard, avant d'ajouter un argument à son propos : la supériorité du PSG sur l'intégralité de la double-confrontation. "Sur les deux matches, Paris mérite sa qualification."

Hazard : "Le championnat demande beaucoup d'énergie"

Et Chelsea n'est pas le seul club insulaire à avoir déçu sur la scène continentale. Arrivé au stade des quarts de finale, que ce soit en Ligue des Champions ou en Ligue Europa, aucune écurie britannique n'est encore en course. Un paradoxe qui laisse songeur, au vu des chiffres astronomiques relayés au sujet de la renégociation des droits TV de la Premier League, mais que l'ancien Lillois tente justement d'expliquer par la rudesse du championnat anglais.

"Le championnat anglais demande beaucoup d'énergie. Après, c'est dur de basculer dans les Coupes européennes. Quand on sait que, le week-end, on dispute des matches difficiles à West Ham, Stoke, Hull, et que la semaine, tu dois jouer contre une formation du top européen...", justifie-t-il, tout en avouant : "C'était aussi une année sans." Et ce ne sont pas les clubs français qui s'en plaindront.