CIES - L'étude qui enfonce encore un peu plus l'OM...

Commentaire(s)
CIES - L'étude qui enfonce encore un peu plus l'OM...
L'OM est le plus mauvais élève de la Ligue 1 et du Big Five.

Dans sa dernière lettre hebdomadaire, l'Observatoire du football au Centre international d'étude du sport (CIES) présente les classements des bonnes et mauvaises surprises de la saison dans les cinq grands championnats européens, en faisant le lien entre l'argent dépensé sur le marché des transferts et le classement final sportif. En Ligue 1, huit équipes sont considérées comme "bonnes surprises" et seulement trois formations sont classées là où elles devraient l'être. Neuf équipes ont donc réalisé des performances sportives en-deçà de leurs investissements sur le marché.

C'est une nouvelle étude très intéressante que vient de publier, ce lundi, l'Observatoire du football au Centre international d'étude du sport. Ce dernier a mis en relation les montants investis par les différents clubs du Big Five (Liga, Premier League, Bundesliga, Serie A et Ligue 1) sur le marché des transferts et leurs classements finaux lors de cette saison 2015-2016. À l'échelle des cinq grandes ligues, Leicester City, Champion d'Angleterre avec environ 2,7 millions d'euros dépensés par joueurs alignés, est la plus grosse surprise de la saison (écart de +17 entre les montants investis et le résultat final). Une donnée statistique qui confirme, encore un peu plus, l'énorme performance réalisée par les Foxes de Claudio Ranieri. À la deuxième place continentale, vient la formation allemande de Mayence, sixième de Bundesliga (écart de +10). Sur la troisième marche du podium du Big Five, la France tire son épingle du jeu avec quatre représentants à + 8 : Angers, Caen, Bastia (moins de 200 000 euros dépensés par joueur aligné) et Nice (moins de 500 000 euros investis par joueur aligné).

En Ligue 1, précisément, huit équipes au total présentent un écart positif. Les quatre citées précédemment ainsi que l'Olympique Lyonnais l'ASSE, Rennes et le GFC Ajaccio. Avec deux millions d'euros dépensés en moyenne par joueur (4ème dépense en Ligue 1), le club rhodanien (écart de +2) a réalisé l'exploit de se qualifier pour la prochaine édition de la Ligue des Champions en dépensant si peu. Ce qu'aucun autre club n'est parvenu à réussir dans le Big Five. Les Verts, qui ont clôturé la saison à la sixième place, disposent quant à eux d'un écart de +1 entre les investissements consentis et la performance sportive (1,2 millions d'euros dépensés par joueur sur le terrain). La palme du mauvais élève, elle, revient bien évidemment à l'Olympique de Marseille (écart de -10, 3,7 millions d'euros dépensés par joueur pour une peu reluisante 13ème place au final). À noter que le club phocéen possède le moins bon indice continental, à égalité avec Newcastle. Enfin, le PSG (27 millions d'euros investis par joueur), le LOSC (1,8 millions d'euros/joueur) et l'En Avant Guingamp (moins de 200 000 euros/joueur) ont réalisé une saison "conforme", présentant un écart neutre entre l'argent dépensé sur le marché et le classement sportif.

Le classement détaillé de la Ligue 1

N.B : montant investi par joueur aligné / classement dépenses / classement sportif / écart

Angers : <0,2M€ par joueur / 17ème dépense / 9ème de L1 / écart +8

Caen : <0,2M€ par joueur / 15ème dépense / 7ème de L1 / écart +8

Nice : 0,5M€ par joueur / 12ème dépense / 4ème de L1 / écart +8

Bastia : <0,2M€ par joueur / 18ème dépense / 10ème de L1 / écart +8

OL : 2M€ par joueur / 4ème dépense / 2ème de L1 / écart +2

ASSE : 1,2M€par joueur / 7ème dépense / 6ème de L1 / écart +1

GFC Ajaccio : <0,2M€ par joueur / 20ème dépense / 19ème de L1 / écart +1

Rennes : 0,9M€ par joueur / 9ème dépense / 8ème de L1 / écart +1

PSG : 27M€ par joueur / 1ère dépense / 1er de L1 / écart =

LOSC : 1,8M€ par joueur / 5ème dépense / 5ème de L1 / écart =

EAG : <0,2M€ par joueur / 16ème dépense / 16ème de L1 / écart =

AS Monaco : 5,5M€ par joueur / 2ème dépense / 3ème de L1 / écart -1

Troyes : <0,2M€ par joueur / 19ème dépense / 20ème de L1 / écart -1

Nantes : 0,3M€ par joueur / 13ème dépense / 14ème de L1 / écart -1

MHSC : 0,8M€ par joueur / 10ème dépense / 12ème de L1 / écart -2

Reims : 0,3M€ par joueur / 14ème dépense / 18ème de L1 / écart -4

Bordeaux : 1,3M€ par joueur / 6ème dépense / 11ème de L1 / écart -5

TFC : 0,7M€ par joueur / 11ème dépense / 17ème de L1 / écart -6

Lorient : 1,1M€ par joueur / 8ème dépense / 15ème de L1 / écart -7

OM : 3,7M€ par joueur / 3ème dépense / 13ème de L1 / écart -10.