à la une
Mercredi 27 Mai

Coronavirus - Barça : Josep Maria Bartomeu sort du silence et répond à Lionel Messi

Commentaire(s)
Coronavirus - Barça : Josep Maria Bartomeu sort du silence et répond à Lionel Messi
Josep Maria Bartomeu, le président du FC Barcelone. CORONAVIRUS

Visé par Lionel Messi concernant la gestion de la question des salaires en interne, le président du FC Barcelone, Josep Maria Bartomeu, a livré sa réponse en soirée. Le patron du Barça a tenu à éteindre la polémique, défendant sa star et ses joueurs.

Alors que Lionel Messi, l'attaquant vedette du FC Barcelone, a publié ce lundi sur le célèbre réseau social Instagram un communiqué pour assurer que les joueurs du Barça ont toujours été d'accord pour réduire leur salaire durant la pandémie de coronavirus, Josep Maria Bartomeu, le président du club catalan, est sorti de son silence en soirée. Dans un entretien accordé à Sport, le patron des Blaugrana a pris la défense de son joueur phare. "Ce geste montre son attachement au club. En plus de 70 % du salaire, les joueurs mettront 2 % de plus pour pallier la différence de salaire des travailleurs du club touchés par le chômage partiel. Cette proposition est venue des capitaines", a affirmé le dirigeant, qui s'est ensuite montré diplomate en répondant aux critiques de son numéro 10.

À lire aussi : Messi annonce la diminution des salaires et fracasse la direction

"Peut-être que les joueurs ont été dérangés par des choses que des gens à l'intérieur et à l'extérieur du club ont dites, mais ils ne disposent pas de toutes les informations. Les négociations n'ont été menées que par Oscar Grau et moi-même et nous n'avons rien dit", a-t-il assuré. Par ailleurs, Josep Maria Bartomeu a justifié la mise en place du chômage partiel : "Nous serions des administrateurs irresponsables si nous n’avions pas appliqué cette décision. La situation économique est difficile et toutes les mesures ont dû être mises en place pour protéger le club", a-t-il indiqué, et de conclure sur un message rassurant : "Le Barça n’était pas en danger mais les dépenses ont dû être adaptées aux revenus, désormais réduits".