à la une
Vendredi 27 Novembre

Coronavirus - Les entraîneurs de L1 soulagés par la poursuite de la compétition

Commentaire(s)
Les entraîneurs se réjouissent de la poursuite du championnat de Ligue 1.
Les entraîneurs se réjouissent de la poursuite du championnat de Ligue 1.

Depuis ce jeudi minuit, la France est à nouveau confinée pour tenter de lutter contre l'épidémie de coronavirus. Mais, contrairement au premier confinement (17 mars-11 mai), le football professionnel va pouvoir se poursuivre dans l'Hexagone. Un gros soulagement pour les entraîneurs de Ligue 1.

Lors de son passage en conférence de presse ce vendredi après-midi, Rudi Garcia, le technicien de l'Olympique Lyonnais, est revenu sur cette décision, importante selon lui, et ce pour plusieurs raisons, de poursuivre les championnats professionnels. "C'est une bonne chose que la Ligue 1 et les Coupes d'Europe continuent. C'est un peu dérisoire de parler de foot, à cause du virus, du terrorisme, mais je pense que les gens ont besoin de penser à autre chose, regarder du football, même si c'est dans des stades vides. C'est logique que le championnat continue, on a au moins deux ou trois tests par semaine, il faut qu'on soit très prudents, on arrête pas de dire aux joueurs de respecter les gestes barrières. Les joueurs sont là pour divertir, il faut qu'on soit conscients que le football est un spectacle surtout quand les stades sont pleins. C'est une des obligations qu'on doit avoir, il faut que les gens puissent penser à autre chose en ce moment", a estimé le tacticien rhodanien devant les journalistes.

Même son de cloche, à peu de choses près, chez Jean-Louis Gasset, l'expérimenté entraîneur des Girondins de Bordeaux, qui se sait grandement privilégié par rapport à d'autres professions : "C'est un soulagement de voir que ça continue. Nous, on peut faire notre métier. On a fait le premier confinement chez nous, on sait que la journée est longue quand a qu'une petite heure pour faire du footing ou du vélo. Mais les 23 heures qui restent, c'est long. On a de la chance, on est des privilégiés. On fait notre boulot, il fait beau, demain (samedi) on part à Monaco. Les joueurs s'estiment chanceux, bien sûr, et ils ont raison. Notre vie ne va pas changer. On va se réveiller le matin pour venir à l'entraînement, on va manger ensemble au château car il faut qu'on ait une hygiène de vie, et après ils rentreront chez eux", a fait savoir le technicien aquitain. Du côté de Niko Kovac, la réponse a été plus expéditive : "La France reconfinée ? C’est une situation difficile mais nous l’acceptons. C’est une décision du gouvernement français, du Président, et nous l’acceptons et la respectons. Nous préparons le match de manière professionnel et sommes concentrés sur le match de Bordeaux", a sobrement commenté l'entraîneur de l'AS Monaco.