à la une
Mercredi 3 Juin

Coronavirus - Rennes : N.Holveck évoque la crise économique

Commentaire(s)
Coronavirus - Rennes : N.Holveck évoque la crise économique
Nicolas Holveck, à gauche, le président de Rennes. CORONAVIRUS

A l'heure actuelle, nul ne sait combien de temps durera la crise sanitaire. Conséquemment, personne ne peut prédire à quelle date le football pourra reprendre, et ce malgré les nombreuses options étudiées par les différentes instances. Économiquement, cette situation pourrait mettre certains clubs en grand danger, surtout si elle venait à s'éterniser. Ce dimanche soir, Nicolas Holveck a évoqué les risques de faillite lors d'une conférence téléphonique au nom de "Première Ligue". "On est tous à la recherche de financement et d’économie et donc, forcément les joueurs seront mis à contribution, admet le président de Rennes. Mais il n’y a pas que les joueurs qui sont concernés dans nos clubs. Le chômage partiel a été mis en place pour tous les effectifs et tout le monde est touché" a-t-il expliqué. "Nous sommes des entreprises particulières, parce qu’on a des masses salariales très importantes. Le chômage partiel compense surtout les bas salaires. Nous sommes très certainement les entreprises qui sont les plus sujets à la crise, et les salaires très importants sont moins couverts par le chômage partiel. Cela nous amène à chercher d’autres solutions."

Le président rennais a ensuite admis que les clubs étaient à la recherche de financements, mais l'inquiétude est palpable. "On avance avec les joueurs et l’UNFP, mais aussi avec nos partenaires, nos banquiers, pour trouver le maximum de ressources possibles, poursuit Nicolas Holveck. On avance par étapes, nous travaillons sur le mois d’avril parce qu’on ne sait pas combien de temps va durer la crise. Si la crise doit durer, on va devoir envisager d’autres mesures. On cherche d’autres financements car il y a cette particularité du foot, qui fait que nous sommes plus impactés que les autres. L’idée n’est pas de se plaindre mais c’est un fait. On doit agir avec ce fait" a conclu Nicolas Holveck.