à la une
Mercredi 27 Mai

Droits TV - La LFP attend des explications des diffuseurs

Commentaire(s)
Droits TV - La LFP attend des explications des diffuseurs
La LFP ne comprend pas la décision des diffuseurs.

Alors que la chaîne Canal+ a indiqué qu'elle ne procéderait pas au versement prévu en avril, BeIN Sports pourrait faire de même. Dans l'incompréhension, la LFP exige des explications.

Comme révélé ces dernières heures, les clubs et la LFP pourraient tirer un trait sur une partie voire la totalité des derniers versements des droits TV de la saison 2019-2020. En raison de l'arrêt des compétitions à cause de la pandémie de coronavirus, Canal+, principal diffuseur de la Ligue 1, a fait savoir par l'intermédiaire d'une lettre adressée à la LFP qu'il ne procéderait pas au paiement de 110 millions d'euros prévu début avril. Toutefois, la LFP a calculé que 43 millions d'euros de ces 110 millions correspondent à des matchs ayant été joués et diffusés, sauf que Canal+ n'entend pas payer cette part, une décision que la LFP ne comprend pas.

"Nous ne comprenons pas cette position de Canal+. La Ligue a livré 28 matches sur 38, soit 73,6 % du produit. Canal +, à date, n'a payé que 67 % de ce qui a été diffusé, ce qui représente 35 millions d'euros hors taxes (43 millions d'euros TTC). Nous avons demandé des explications et même un rendez-vous pour comprendre. C'est d'autant plus incompréhensible que la Fédération, l'UEFA, la FIFA, les clubs et les joueurs sont alignés pour faire preuve d'une grande solidarité, pour partager les efforts. Il est surprenant que Canal+, le diffuseur historique du Championnat de France, ne participe pas" a confié un membre de l'instance à L'Equipe.

De plus, la LFP ne connaît pas encore la position de BeIN Sports, l'autre diffuseur du championnat de France. La chaîne doit verser 42 millions d'euros le 5 avril, dont 15M€ correspondant aux matchs déjà joués. Au sein des clubs français, nombreux pensent que BeIN adoptera la même politique que C+. Cette position laisse penser que les deux chaînes chercheront à payer le prix le plus bas pour le dernier versement de 140 millions d'euros, au total, prévu le 5 juin prochain.