à la une
Mercredi 27 Mai

Droits TV - Les clubs de L1 vont perdre gros

Commentaire(s)
Droits TV - Les clubs de L1 vont perdre gros
Des pertes économiques importantes sont à prévoir avec les droits TV... L1 EN DANGER

En raison de l'arrêt du championnat de France en raison du coronavirus, les diffuseurs pourraient ne pas payer l'intégralité de la somme prévue.

Les répercussions économiques de la crise sanitaire mondiale qui frappe actuellement la planète vont être astronomiques. En France comme dans tous les autres pays du top 5 européen, les clubs se serrent la ceinture et nombreux sont ceux à avoir d'ores et déjà opté pour le chômage partiel. Arrêtée à dix journées de la fin, la Ligue 1 ne fait évidemment pas figure d'exception et de premières tensions sont déjà apparues entre les présidents des clubs français. Les révélations de nos confrères de L'Equipe concernant les droits TV pour la fin de saison ne devraient pas atténuer la nervosité des dirigeants français, bien au contraire.

D'après le quotidien, Canal +, principal diffuseur de la Ligue 1, pourrait ne pas procéder au versement prévu le mois prochain. Alors que la chaîne prévoit 548M€ pour la L1 et 10M€ pour la L2, elle doit encore verser 110 millions d'euros le 5 avril prochain et 85 millions le 5 juin. Or, bien que la LFP souhaite que le montant prévu soit intégralement payé afin de ne pas compliquer davantage la situation des clubs, dont les droits TV représentent 36% de leurs recettes, Canal + souhaite en effet ne pas s'acquitter du versement prévu début avril puisque les matchs ne sont pas joués.

De plus, dans l'hypothèse où le championnat venait à se terminer, les diffuseurs devraient revoir les tarifs versés à la baisse. En effet, faute de temps, les derniers matchs de la saison pourraient se disputer tous les trois jours, ce qui forcerait les diffuseurs à programmer des multiplex, une solution moins rentable pour eux. Ainsi, peu importe l'issue de cette saison 2019-2020, les clubs de l'Hexagone devraient connaître un nouveau coup dur économique avec la perte ou la diminution des derniers versements des droits télévisés.