FFF - Noël Le Graët repris de volée par la Ministre Roxana Maracineanu

Commentaire(s)
FFF - Noël Le Graët repris de volée par la Ministre Roxana Maracineanu
Roxana Maracineanu n'a pas aimé la dernière sortie de Le Graët.

Le président de la 3F, quelque peu maladroit sur la question de l'homophobie dans le football français ce matin, a poussé la Ministre des Sports à revenir sur le devant de la scène médiatique.

Noël Le Graët, invité ce mardi matin par Franceinfo, s'est offert une nouvelle salve sur la polémique des banderoles et chants à caractère homophobe. Le président de la FFF, qui avait déjà taclé une partie de la classe politique il y a quelques jours, a cette fois avancé une théorie hasardeuse : selon lui, le racisme et l'homophobie, "ce n'est pas la même chose". D'un point de vue purement sémantique, il n'a pas tort, mais ses propos interrogent sur sa perception de ces deux types de discrimination, qui devraient selon lui être traités différemment. S'il estime qu'arrêter un match pour un chant ou une banderole homophobe "est une erreur", Le Graët assure à l'inverse : "j'arrêterais un match pour des cris racistes".

Cette sortie médiatique n'a pas été du goût de la Ministre des Sports Roxana Maracineanu, très réactive sur le sujet ces dernières semaines. "Pour nous, il n'y a pas de hiérarchie dans les discriminations. L'homophobie - au même titre que le racisme - est punie par la loi (...) Donc la position qu'a prise Noël Le Graët en faisant la différenciation entre homophobie et racisme est erronée", a-t-elle déclaré, dans des propos rapportés par BFMTV. "En ce qui me concerne, je reste sur mes positions. Je n'ai jamais dit que le football était homophobe, que c'était à lui de résoudre le problème de l'homophobie dans la société."

Ferme, la Ministre a rappelé le besoin d'amener de la pédagogie dans le débat, y compris auprès des plus hauts dirigeants du foot français. "On a eu des échanges ces derniers jours avec Noël Le Graët et on continuera à en avoir", a-t-elle poursuivi. "Je crois qu'il a distillé quelques autres solutions à envisager (Le Graët a notamment évoqué une interdiction pure et dure des banderoles, ndlr). Tout cela va passer par de la pédagogie, à destination des joueurs, amateurs et professionnels, des dirigeants aussi apparemment, des entraîneurs et des supporters, qui doivent prendre conscience que les paroles entonnées dans les stades sont de nature à stigmatiser une partie de la population et banalisent l'injure homophobe dans notre société."