Facebook Twitter Google+

FIFA - Pourquoi al-Khelaïfi peut craindre pour son poste au PSG...

Nasser al-Khelaïfi est dans la tourmente...
FIFA - Pourquoi al-Khelaïfi peut craindre pour son poste au PSG...

Visé par une enquête de la justice suisse pour des soupçons de corruption notamment, Nasser al-Khelaïfi est menacé, non seulement en tant que patron du groupe BeIN Media, mais aussi comme dirigeant de football. Le président du PSG peut effectivement craindre des sanctions de la commission d'éthique de la FIFA...

« La FIFA a, semble-t-il, le souhait féroce et ardent de me mettre sous terre si elle ne l'a pas déjà fait… » Ces mots de Jérôme Valcke, prononcés quelques heures après l’ouverture d’une enquête de la justice suisse contre Nasser al-Khelaïfi et lui, concernant l’attribution des droits TV des Mondiaux 2026 et 2030 pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, prennent du sens aujourd’hui. Dans les colonnes de L’Equipe, on apprend en effet que c’est bien la FIFA qui a commandité, ou du moins déclenché cette affaire, en saisissant le Ministère Public de la Confédération Helvétique (MCP) pour lui faire part de ses doutes sur les négociations de ces droits télévisuels.

S’il est aujourd’hui soupçonné de « corruption privée, d’escroquerie, de gestion déloyale, ainsi que de faux dans les titres », al-Khelaïfi le doit donc à l’instance internationale du football. Veut-elle lui nuire ? La question doit se poser, puisque la FIFA était parfaitement au courant qu’il est le patron du groupe BeIN Media avant d’informer la justice suisse. Et de sa réponse pourraient jaillir des inquiétudes sur la suite de son aventure en tant que président du Paris St-Germain.

La commission d'éthique n'est pas réputée pour sa clémence

Et pour cause, dès que le MCP a annoncé l’ouverture de cette enquête, la FIFA s’est saisie du dossier, par le biais de sa commission d’éthique. Celle-là même qui s’était prononcée, il y a deux ans, pour une radiation à vie de Michel Platini « de toute activité liée au football » pour avoir touché un versement suspect de 1,8 millions d'euros, en 2011, pour un travail effectué entre 1999 et 2002 (sanction réduite à quatre ans par le Tribunal Arbitral du Sport).

Si tant est que Nasser al-Khelaïfi ait bien tenté de corrompre Valcke pour obtenir à bas prix les droits de retransmissions de la Coupe du Monde, on imagine mal cette commission d’éthique le juger avec moins de sévérité. D’autant plus que le patron de la FIFA, Gianni Infantino, y a provoqué un grand chambardement, en mai dernier, en remplaçant les présidents de ses chambres d’instruction et de jugement. Un choix qu’il avait expliqué en rappelant son souhait de « reconstruire la réputation de la FIFA après tout ce qui est arrivé ». Autant dire que le moindre faux-pas ne sera pas toléré, quand bien même il s’agit du plus haut dirigeant de l’un des cadors du football européen…

PSG FIFA Al-Khelaïfi

Publié par ,

Paris SG

Dernier match - L1 - 18/11 17h00 Paris 4-1 Nantes

Prochain match - LDC - 22/11 20h45 Paris - Celtic Glasgow FC