France (F) - Renard donne son ressenti sur le Mondial

Commentaire(s)
France (F) - Renard donne son ressenti sur le Mondial
Pour Renard, le football féminin va passer un cap grâce à ce Mondial. CDM (F)

Malgré son but d'une tête à bout portant en fin de match vendredi soir, Wendie Renard n'a pu empêcher la défaite et l'élimination de l'équipe de France face aux Etats-Unis (1-2) en quarts de finale de la Coupe du Monde. Déçue de ne pas rejoindre le dernier carré, la défenseuse lyonnaise a donné son ressenti sur la compétition et la belle atmosphère qui régnait autour de cette équipe française. "La communion avec le peuple français, les Antilles comprises, nous a marquées. La solidarité entre les joueuses aussi. Au niveau des filles, c'était super. Avec l'engouement du public, on aurait vraiment pu faire quelque chose" a-t-elle débuté, puis de poursuivre au sujet de ce quart de finale contre les championnes du Monde en titre : "C'était vraiment une ambiance de folie. On sentait le public derrière nous, il y avait beaucoup d'Américains. Les Français ont bien répondu. La « battle » a commencé dans les tribunes. Durant le match, ils nous ont poussées pour égaliser. On a marqué le but de l'espoir mais ça n'a pas suffi."

Souvent gênées par leurs adversaires durant le tournoi, Wendie Renard a reconnu qu'en terme de jeu, les Françaises ont parfois manqué d'une petite étincelle. "Au niveau du jeu ce n'était pas parfait mais on savait qu'on pouvait faire mieux techniquement, on pouvait avoir moins de déchets. Les équipes travaillent pour nous contrer à l'image du Brésil. On pensait avoir la place pour les mettre en difficulté et on a très rarement su le faire. Nous sommes allées crescendo dans le tournoi. Face aux Américaines, nous avons tenu tête à la meilleure nation au monde". Enfin, d'après la Martiniquaise, ce Mondial va donner un nouvel élan au football féminin. "Oui et même pour le sport féminin. On n'aurait jamais imaginé avant la compétition qu'il y aurait autant de monde, dans les rues, avant et pendant les matches. Ça démontre qu'on a franchi un palier. On a de quoi bâtir pour l'avenir."