Facebook Twitter Google+

France - Antoine Griezmann assume enfin son rôle de leader

Antoine Griezmann a été interrogé à de nombreuses reprises sur son rôle de leader dans cette Équipe de France.
France - Antoine Griezmann assume enfin son rôle de leader

En mars 2014, Antoine Griezmann faisait son apparition sous le maillot de l'Équipe de France. 4 ans, 54 sélections et 20 buts plus tard, il se présente en Russie comme la star, à l'image de Neymar, Messi ou encore Cristiano Ronaldo dans leur pays. Grizzi est attendu et a désormais conscience que son pays espère le voir emmener les Bleus jusqu'au graal, le 15 juillet au soir.

Ce mardi en conférence de presse, Antoine Girezmann expédie très vite la question sur son avenir, il ne donnera aucune information et répondra uniquement sur la Coupe du Monde. Si l'on n'a donc rien appris sur le futur du Colchoneros, on a désormais une certitude : il assume enfin son statut. Les exemples d'interviews où on l'avait vu botter en touche sont pourtant nombreux. "Non, je ne suis pas le patron. Ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent : si je suis leader, patron... mais non ça ne m'intéresse pas. Je veux être libre sur le terrain, comme je le suis" (21 mars). Mais cette fois le ton est très différent : "Beaucoup de monde attend énormément de moi. Je suis prêt et tranquille." Cette phrase est le symbole même de son renouveau. Griezmann endosse la responsabilité du leader, sur le terrain, dans le vestiaire, dans l'image qu'il renvoie au public, sur les relations qu'il entretient avec ses coéquipiers et sur son statut auprès du coach.

Si beaucoup d'anciennes star du maillot bleu se distinguaient aussi par leur capacité à diviser les supporters, par leur caractère ou leur comportement, Antoine Grizmann fait plutôt l'unanimité. Il sait rester simple, se distinguer par des attitudes plutôt bienveillantes à l'égard de l'ensemble des acteurs du monde du football : "Je sais que je suis très attendu sur et en dehors du terrain, ce n’est pas pour ça que je vais changer ma façon de faire, je vais garder cette joie de vivre mais essayer de faire le maximum pour aller le plus loin possible." Que tout le monde se rassure, Griezmann n'en oubliera pas ses vidéos sur les réseaux sociaux ou ses célébrations inspirées de Fortnite. Mais il est, à 27 ans, et alors qu'il dispute sa 3e grande compétition, dans la meilleure période de sa carrière. Il sait évidemment que ses jeunes coéquipiers, comme ses partenaires sur le front de l'attaque, doivent aussi compter sur lui : "Je me sens mieux pour donner des instructions et corriger certaines choses. Je me sens écouté par les Kylian ou Ousmane mais eux ont envie d’apprendre, donc c’est plus facile pour moi de les aider." En somme, comme un patron.

Et ce nouveau statut, son sélectionneur participe aussi à le lui confier. "On échange souvent, il me demande si le système me correspond, comment je vois l’équipe. Il me demande son mon opinion. J’aime bien avoir cette proximité ou cette confiance." Il est donc la clé des différents systèmes étudiés, et participe aux choix du coach, un mélange de "Zizou" et "Dédé", avec Aimé Jacquet il y a 20 ans. Mais tout en pensant à ses statistiques, il semble aussi ne pas vouloir abuser de son rôle. "Je suis au service du collectif, il n’y a aucun soucis là-dessus," explique t-il. "Je vais chercher à mettre mes petits buts mais je n’hésiterai pas à mettre mes coéquipiers dans les bonnes conditions." Il ne se soucie d'ailleurs pas de celui qui héritera du jeu, ou qui marquera le plus de buts pendant la compétition : "Je veux gagner cette Coupe du monde. Peu importe sur qui le jeu tourne, Olive (Giroud), Kylian (Mbappé), ou Paul (Pogba). Peu importe le style ou celui qui va mettre le plus de but." Il semblerait malgré tout que la plupart des styles envisagés le soient pour lui. Mais personne, parmi ses coéquipiers ou les supporters, ne s'en offusquera.

EDF France Griezmann CDM 2018 Leader

Publié par ,

Coupe du Monde

Antoine Griezmann