France - Didier Deschamps justifie ses choix (compte-rendu)

Commentaire(s)
France - Didier Deschamps justifie ses choix (compte-rendu)
Didier Deschamps (France) a expliqué ses choix devant les journalistes. DESCHAMPS EQUIPE DE FRANCE FRANCE CDM 2018

Suite à l'annonce de sa liste des 23, Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, a tenu une conférence de presse au siège de TF1. L'occasion pour le technicien national d'expliquer ses choix.


La liste la plus compliquée
"Une liste finale est toujours difficile à construire. Je fais des choix, je les assume."

L'absence d'Adrien Rabiot
"Il y a un critère sportif qui est là. Les performances d'Adrien Rabiot en équipe de France ne sont pas du niveau de celles qu'il a eues avec le PSG. Sa concurrence, c'est Paul Pogba, Blaise Matuidi et Corentin Tolisso. J'ai préféré prendre Steven Nzonzi, même si ce n'est pas le même registre. Il a été intéressant avec nous. C'est surtout un problème d'utilisation et de poste qui me fait prendre Steven Nzonzi."

Benjamin Mendy, son état de santé
"Il sort d'une longue et grave blessure. Guéri il est, ça c'est une certitude. La seule liste qui comptera, c'est le 4 juin, à midi. Je peux être amené à tout moment à changer un joueur. Je ne l'espère pas pour eux. J'en saurai un peu plus dans les prochains jours sur sa condition exacte. Il apporte beaucoup dans le couloir. On va faire en sorte, avec le staff, d'avoir plus de réponses d'ici le 4 juin. On l'a suivi médicalement. Évidemment qu'il y a un risque."

Dimitri Payet
"Si vous me posez des questions avec des si... C'était un candidat sérieux, bien évidemment. Il a aggravé sa blessure musculaire. En général, c'est minimum trois semaines. La possibilité d'avoir une nouvelle récidive est là aussi. J'ai une deadline le 4 juin. Je ne me vois pas partir avec des incertitudes et des points d'interrogations. Forcément, ma décision ne va pas lui rendre le sourire. Mais ça fait partie des impondérables qui peuvent arriver..."

Thomas Lemar
"Les joueurs ne peuvent pas être performants sur les dix mois. Il a eu des difficultés en club, liées au niveau de son équipe."

Réservistes/suppléants
"Par rapport à 2014 et 2016, les joueurs venaient un peu au fur et à mesure. Là, cette fois, j'aurai tout le monde à disposition, hormis Raphaël Varane), dès le premier jour de stage. J'ai pris cette option pour se mettre le plus rapidement possible en mode compétition, pour travailler sur le qualitatif."

Steven Nzonzi
"Il n'y a que neuf joueurs sur vingt-trois qui étaient là à l'Euro 2016. C'est quelqu'un qui peut amener quelque chose à l'équipe de France. J'ai des choix à faire. Il a une aisance technique, une taille imposante et est performant dans son registre."

Anthony Martial et Alexandre Lacazette
"Face à l'Allemagne, les deux joueurs ont fait un très bon match. C'est l'Allemagne, mais ça reste un match amical, même si c'est l'Allemagne. Il fallait le faire oui, mais j'ai des choix à faire. Je considère Olivier Giroud, Antoine Griezmann, Kylian Mbappé et Nabil Fekir comme des attaquants axiaux. Je ne veux pas accumuler, et ça ne sert à rien pour le groupe, des joueurs dans le même registre."

Mathieu Debuchy
"Je suis content qu'il ait retrouvé la compétition. Les interrogations ont été levées autour de Djibril Sidibé. Mathieu Debuchy a enchaîné de bons matches. Sur les trois-quatre derniers, il a été un peu plus en difficulté. Benjamin Pavard a été bon les deux fois avec nous, il fait partie des très bons défenseurs en Allemagne. Il peut également jouer dans l'axe. Je lui ai accordé ma confiance, je continue. J'ai dû choisir et j'ai choisi."

La charnière titulaire
"Umtiti-Varane ? Oui, cela me semble assez logique. L'absence de Laurent Koscielny est préjudiciable, je pense fort à lui. Humainement et sportivement, il était très important pour le groupe. C'était un objectif important pour lui. On perd un joueur de qualité, habitué au haut niveau."

Presnel Kimpembe
"S'il est là, c'est que je l'apprécie. Il a été pratiquement de tous les rendez-vous. Il est dans les quatre. Il a connu une fin de saison plus compliquée, dans un club qui n'avait plus rien à jouer. Au début du stage, je lui ferai passer un petit message pour qu'il se remette en mode compétition."

Lucas Digne
"Depuis la dernière sélection, il n'a joué que deux fois 90 minutes, dont une fois défenseur central. C'est un problème de rythme. Aussi, j'ai une option différente avec Lucas Hernandez. Je sais ce qu'il peut faire et il l'a montré hier. Diego Simeone l'a préféré à Filipe Luis. Je fais un choix sur un joueur avec un profil différent."

Alexandre Lacazette
"Je considère qu'Olivier Giroud et Kylian Mbappé sont devant lui."

Anthony Martial
"Il est capable de jouer sur tout le front de l'attaque. C'est à son crédit. Mais depuis le mois de mars avec Manchester, c'est compliqué. La qualité, elle est là. Mais par rapport à ce qu'on a eu et par rapport à d'autres joueurs, j'ai fait un choix."

Florian Thauvin
"Il était là souvent sans jouer. Il avait un bon latéral gauche en face hier... Dans les grands matches mauvais ? Chacun peut avoir son analyse. En termes de stats, il faut faire les buts et les passes décisives. Avec nous, il n'a pas eu beaucoup de temps de jeu. Il joue à droite. C'est quelqu'un d'exceptionnel dans son attitude dans le groupe. C'est un spécialiste côté droit et c'est une bonne option."

Adil Rami
"Il joue à droite. L'association des gauchers en défense centrale n'est pas très compatible au très haut niveau. Il a fait une grosse saison avec l'OM, il a également une grande expérience internationale. À ce poste, le vécu est très important."

Antoine Griezmann, son avenir
"Je discute avec lui oui, souvent. Il a dit qu'il aimerait régler cela le plus vite possible. Il fera ce qu'il a dit, sans doute."

Le leadership
"Ça ne se force pas, ça doit être naturel. Ça vient avec le temps, avec la personnalité. Laurent Koscielny était un leader dans son jeu. Paul Pogba et Antoine Griezmann ont du vécu, de l'expérience, oui. Quels leaders aujourd'hui ? Regardez les six qui étaient déjà présents en 2014... Comparativement avec d'autres sélections, on a beaucoup moins d'expérience, ce qui n'empêche qu'on a de l'ambition. Il faudra le démontrer sur le terrain avec l'humilité nécessaire."

Commentaire(s)