France - Du respect mais pas trop : comment les Bleus abordent la Belgique

Commentaire(s)
France - Du respect mais pas trop : comment les Bleus abordent la Belgique
Les Bleus joueront mardi contre la Belgique pour une place en finale FRANCE CDM 2018 BELGIQUE

Présents en conférence de presse ce matin, Raphaël Varane et Lucas Hernandez se sont montrés prudents au moment d'évoquer la Belgique, que les Bleus affronteront mardi en demi-finale de la Coupe du Monde. Mais le défenseur de l'Atlético Madrid n'a pas fait des Diables Rouges les favoris de la rencontre pour autant.

L'affiche fait peut-être légèrement moins rêver qu'un France - Brésil. Mais la demi-finale qui se jouera mardi entre les Bleus et la Belgique n'en sera pas moins une rencontre de très haut niveau, bourrée de symboles et de matchs dans le match. A trois jours d'un affrontement d'au moins 90 minutes pour une place en finale, Raphaël Varane et Lucas Hernandez ont évoqué leur futur adversaire devant la presse, avec beaucoup de respect. "La Belgique a une très bonne équipe. C’est une équipe jeune mais avec de la maturité, a déclaré le défenseur central du Real Madrid. Ils sont capables de jouer avec passes combinées, des redoublements, mais aussi en attaques rapides. C’est une équipe complète, solide, on sait que ce sera difficile et il faudra réussir une grosse performance pour aller en finale". Rien que ça.

Très solides collectivement face au Brésil, les Diables Rouges peuvent également s'appuyer sur plusieurs individualités de grande qualité, à l'image d'un Romelu Lukaku impressionnant vendredi. "C’est un joueur qui pose des problèmes à toutes les défenses, a reconnu l'ancien Lensois. Il est très puissant, il pèse sur n’importe quelle défense. Il faut aussi lui laisser très peu d’espaces car il sait en profiter. Je n’ai pas de préférence sur le profil. Mais ce qui est certain, c’est que c’est un joueur de qualité auquel il ne faudra pas laisser beaucoup d’espaces, et qu’il faudra tenir loin de notre surface de réparation". Par ailleurs, de la proximité géographique à l'affection entre certains joueurs en passant par la présence de Thierry Henry sur le banc belge, nombreux sont les points de raccord entre ces deux sélections. Mais Varane a prévenu : "Nous pouvons être voisins et s’apprécier mais sur le terrain, c’est autre chose. Il faut faire abstraction du contexte et rester focalisés sur le terrain".

Hernandez : "La Belgique favorite ? Sincèrement, pas du tout"

Rester focalisé sans craindre son adversaire, c'est la mentalité qu'a décidé d'adopter Lucas Hernandez, à en croire ses propos devant les journalistes. "C’est une très grosse équipe. On sait qu’ils ont de grandes individualités avec Hazard ou Lukaku. Il va falloir être très attentifs défensivement car ils se projettent vite vers l’avant. On connait nos points forts, on va essayer d’être très concentrés pour les battre. Ce ne sera pas facile, mais pour eux non plus.", a-t-il d'abord expliqué. Avant de rejeter tout forme de complexe d'infériorité : "La Belgique favorite ? Sincèrement, pas du tout. On est à 50-50. C’est une demi-finale, il n’y a pas de favori. Ils sont devant nous au classement FIFA mais nous avons une grande sélection avec des joueurs très talentueux (...) Hazard ? On a déjà éliminé le meilleur joueur du monde en huitièmes de finale (Lionel Messi), il n’a pas touché le ballon". Si les Diables Rouges veulent intimider quelqu'un, ce n'est pas vers le latéral gauche des Bleus qu'il faudra se tourner.

Commentaire(s)