France - Pourquoi le Pérou va causer des problèmes aux Bleus


Le Pérou, un piège pour les Bleus
France - Pourquoi le Pérou va causer des problèmes aux Bleus

La France peut déjà se qualifier pour les huitièmes de finale ! Jeudi (17 heures), les Bleus affrontent le Pérou... Un adversaire méconnu qui va poser des problèmes aux Bleus : explication en cinq points.

Un collectif rôdé

Il n'y a qu'à voir la prestation péruvienne contre le Danemark pour s'en rendre compte : les Péruviens savent jouer au ballon. Certes, un grand manque d'efficacité a obligé les sud-Américains à concéder une défaite inaugurale... Pour autant, Cueva, Guerrero, Farfan, Carrillo : le danger est venu de tous les côtés sur la cage de Kasper Schmeichel. Conséquence, 17 frappes, 6 cadrées... et un penalty manqué à cause de jambes tremblantes, celles de Christian Cueva.

Les Danois ont été réalistes avec une pointe de chance, mais face à la France, les Péruviens seront prêts. Auteurs d'une belle performance collective avec 53% de possession de balle et 81% de passes réussies, il ne manque que l'efficacité magré 15 occasions... Lloris et consorts devront être prêt.

Une équipe à adaptation rapide

Et si la défense doit se préparer à une belle vivacité dans l'attaque adverse, Griezmann, Mbappé et vraisemblablement Giroud devront également se préparer à 90 longues minutes. Généralement organisé en 4-4-2, le XI Blancorrojo varie facilement en phase défensive. Placés pour évouler bas pour aspirer les offensifs adverses avant de jaillir dans les pieds adverses, les défenseurs péruviens ont gagné environ 70% de leurs duels lors du premier match.

Andre Carrillo et Edison Flores sont régulièrement sollicités : le long de la ligne, les deux ailiers participent à l'intégralité des actions. Capables de redescendre au niveau de leurs latéraux mais aussi d'aller gêner la relance adverse, les deux hommes pourraient poser quelques soucis à Pavard, Varane, Umtiti et Hernandez...

L'effet de surprise

D'autant que l'équipe va très vite en contre attaque. Capables de produire un excellent jeu vertical en contre, les Péruviens ont compté sur le duo Farfan - Cueva pour leur entrée dans la poule C, mais Paolo Guerrero pourrait bien être titulaire face aux Bleus. Le capitaine, meilleur buteur de la sélection avec 34 réalisations a failli manquer le Mondial pour des débordements le long d'autres lignes blanches que celles des terrains... Outre son retour en héros, le joueur 34 ans possède une autre particularité : il a été formé au Bayern Munich.

Avec Jefferson Farfan, passé par le PSV Eindhoven des grandes années 2000, il est l'un des seuls dont le nom a pu être cité dans les gazettes européennes. Car la force des Incas n'est pas individuelle, mais collective : les Péruviens misent sur un jeu à XI, tant défensivement qu'offensivement. Rares sont les individualités qui se détachent lors d'un match... mais la Croatie, qui a encaissé un but collectif splendide en amical (0-2) peut en témoigner, le jeu péruvien fait honneur au jeu sud-américain.

Parce que le Pérou n'a rien à perdre

Le Pérou a perdu sa première rencontre, le Pérou n'est pas favori dans la poule, le Pérou n'est pas favori face à l'équipe de France : le Pérou a tout à gagner. Difficile de se baser là-dessus, mais la Blancarroja possède pour l'instant 100% de victoires face aux Bleus. En amical, en 1982, les Incas sont venus battre les Français sur leurs terres (1-0)... c'est, pour l'instant, la seule confrontation entre les deux équipes.

Tandis que la France s'est (difficilement) imposée contre l'Australie, les Péruviens ont réalisé une meilleure prestation face aux Danois : malgré le résultat défavorable, la confiance est là, et les caméras sont plus facilement braquées sur Mbappé, Griezmann et Pogba que sur Advinculla, Yotun et Cueva : une position d'outsider dont les joueurs de Ricardo Gareca se sont servis pour sortir le Paraguay, l'Equateur et surtout le Chili lors des phases de qualification.

Parce que le Pérou a Farfan

Et s'il fallait faire la lumière sur l'un des fers de lance péruviens, Jefferson Farfan semble le préposé. Moins adulé que son compatriote et capitaine, Paolo Guerrero, l'attaquant reste une référence du football blancorrojo. Passé par Eindhoven, donc, mais aussi par Schalke 04, le buteur a scoré 120 fois en quasiment 400 rencontres avec les deux écuries cumulées. Après une rapide pige d'une année aux Émirats Arabes Unis, l'attaquant est revenu en Europe en 2017...

Et plus précisément en Russie, où il fait les beaux jours du Lokomotiv Moscou. Et où il s'est offert 15 buts en 40 rencontres. Du haut de ses 34 ans, Jefferson Farfan savoure sa seule compétition sur la scène mondiale avec un Pérou qui ne s'était plus qualifié depuis 1982 pour un tel tournoi. Dribbleur, puissant et rapide, Jefferson Farfan sera l'un des beaux atouts du Pérou face à la France. Dans l'Ekaterinburg Arena, il sera l'un des fers de lance d'une équipe taillée pour poser d'énormes problèmes aux Bleus.

Coupe du Monde

France

Pérou

France CDM 2018 Pérou Farfan