Girondins - Benoît Costil pousse un coup de gueule après le revers contre Angers

Commentaire(s)
Girondins - Benoît Costil pousse un coup de gueule après le revers contre Angers
Benoît Costil, le gardien de but et capitaine des Girondins de Bordeaux. 35E JOURNéE L1

Hier soir, devant leurs supporters, les Girondins de Bordeaux ont concédé une quatrième défaite de rang en Ligue 1, s'inclinant face au SCO Angers (0-1, analyse et notes), lors de la 35ème journée. De passage en zone mixte, Benoît Costil, le portier des Marine-et-Blanc, n'a pas mâché ses mots suite à cette nouvelle contre-performance : "Quand l'attitude n'est pas bonne et quand, avec le ballon, vous n'êtes pas bon, pas disponible, pas généreux dans les efforts, vous êtes une équipe en difficulté contre n'importe quelle autre. Je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, voilà, ça s'est confirmé. Après, la saison est très longue, usante dans les têtes aussi, il y a une certaine fatigue mentale. Malgré tout, je ne dis pas que la deuxième mi-temps est très bonne, mais on ne doit pas produire ce qu'on a produit en première. On a été en dessous dans tout, à commencer par l'attitude et tout ce qui va avec. Sur cette première mi-temps, il n'y avait rien, impossible de les mettre en danger", a-t-il lancé, dans des propos rapportés par L'Equipe.

Décevants quatorzièmes du classement (38 points), les Bordelais ne sont pas encore officiellement maintenus dans l'élite. Mais l'inquiétude n'est pas de mise dans les rangs aquitains : "Huit points (Ndlr, d'avance sur le barragiste, le Stade Malherbe de Caen), ce n'est pas rien. Mathématiquement, il n'y a rien d'acquis pour le maintien. On dramatise un peu tout, avec notre prestation", a poursuivi le numéro 1 des Bordelais (35 matches disputés en championnat cette saison). Agacé, l'ancien gardien de but du Stade Rennais FC n'a malgré tout pas caché sa déception et a profité de son passage devant les journalistes pour faire passer un message clair à ses coéquipiers : "J'ai envie d'être positif. Mais, heureusement que la saison s'arrête dans trois matches ! Où en serait-on avec un mois en plus ? Il faut s'accrocher, repartir de l'avant et montrer un autre visage, dès le week-end prochain, à Lille. Le problème, c'est nous, les joueurs."