Girondins - Face aux conflits, la mairie en médiateur

Commentaire(s)
Girondins - Face aux conflits, la mairie en médiateur
Les supporters de Bordeaux sont en colère.

Face aux tensions persistantes entre les Ultramarines et la direction, la mairie de Bordeaux a décidé de mettre les pieds dans le plat et d'intervenir pour tenter d'apaiser la situation.

Entre les supporters, la direction et les actionnaires, le divorce est acté. Depuis le rachat du club, les supporters, principalement par le biais des Ultramarines, ne cessent de manifester leur opposition aux dirigeants du club. Cette semaine, les UB87 ont eu gain de cause et seront bien présents dans le virage Sud du Matmut-Atlantique, grâce à l'intervention de la mairie. Toutefois, le fossé existant entre eux et la direction n'a fait qu'accroître après la publication d'un communiqué lundi soir dans lequel plusieurs formulations ont fait grincer les dents des membres du groupe de supporters, comme l'indique L'Equipe dans son édition du jour.

Afin de "faire l'économie d'un conflit", comme l'a expliqué Ludovic Martinez, le directeur du cabinet du maire de Bordeaux, la mairie est intervenue dans ce dossier. Mercredi, Nicolas Florian, le marie de la ville, a rencontré une délégation des UB87 afin de s'entretenir avec eux. Par la suite, il a appelé Frédéric Longuépée, le président délégué des Girondins, afin de lui demander d'apaiser les tensions. Néanmoins, cela ne devrait pas suffire pour calmer les ardeurs des supporters, qui devraient, ce dimanche encore, déployer des banderoles contestataires contre la direction et King Street.

La semaine dernière, la mairie de Bordeaux avait même rencontré Longuépée, accompagné de Daniel Ehrmann, un représentant de KS. Lors de cette entrevue, ce dernier avait rassuré le maire au sujet de l'engagement du géant américain vis à vis du club français. Pas sûr que cela suffise à réchauffer la relation glaciale avec les Ultras, qui attendent de leur côté plus de transparence de la part d'un propriétaire trop discret à leur goût.