à la une

Justice - Mamadou Sakho remporte son procès pour diffamation !

Commentaire(s)
Mamadou Sakho avait été accusé à tort de dopage
Mamadou Sakho avait été accusé à tort de dopage DOPAGE

Mamadou Sakho avait été testé positif à l'higenamine après une rencontre entre Liverpool et Manchester United en mars 2016. Le laboratoire à Cologne qui avait trouvé la présence de ce composé chimique dans le test antidopage n'était pas en mesure d'assurer qu'il faisait parti de la liste des produits dopants de l'Agence Mondial Antidopage (AMA). L'organisme l'a rajouté au mois d'avril 2016 soit 1 mois après le le test de l'international français. Par conséquent l'UEFA avait pris la décision de suspendre le défenseur central en attendant de nouveaux résultats. L'UEFA a donné raison au joueur le 8 juillet 2016 en reconnaissant que le produit n'était pas considéré comme dopant au moment du test. Près d'un an après le début de cette affaire, l'AMA avait une nouvelle fois accusé dans un communiqué l'ancien joueur du PSG de s'être dopé. Mamadou Sakho a contre-attaqué en portant plainte pour diffamation.

"L'AMA admet qu'elle n'aurait pas dû faire les allégations diffamatoires qu'elle a formulées dans le premier communiqué de presse et le deuxième communiqué de presse étant donné que M. Sakho avait été acquitté par l'UEFA. L'AMA reconnaît que M. Sakho n'a pas enfreint le règlement antidopage de l'UEFA, n'a pas triché et n'a eu aucune intention de tirer avantage de ce qu'il a fait et a fait preuve de bonne foi. L'AMA regrette les dommages causés à Monsieur Sakho par ses propos diffamatoires concernant sa réputation et la détresse, l'embarras et la douleur causés" a annoncé l'agence dans un communiqué. L'AMA devra aussi payer des dommages et intérêts au défenseur de Crystal Palace.