Justice - Michel Platini placé en garde à vue !

Commentaire(s)
Justice - Michel Platini placé en garde à vue !
Michel Platini était président de l'UEFA lors de l'attribution du Mondial 2022.

Michel Platini, auditionné dans le cadre d'une enquête portant sur l'attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, a été placé en garde à vue ce mardi.

Michel Platini a encore des ennuis ! Interdit d'exercer toute fonction liée au football depuis 2015, l'ex-président de l'UEFA est maintenant rattrapé par la justice française. Mediapart nous apprend en effet qu'il a été placé en garde à vue ce mardi dans les locaux de l'Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF) à Nanterre. Le Monde précise qu'il devait initialement être entendu comme témoin dans le cadre d'une enquête ordonnée par le Parquet National Financier sur les conditions d'attribution du Mondial 2022 au Qatar. Le PNF avait ouvert une enquête préliminaire en 2016 pour "corruption privée", "association de malfaiteurs", "trafic d'influence et recel de trafic d'influence".

Platini (63 ans), qui avait reconnu avoir voté pour le Qatar lors du scrutin d'attribution en décembre 2010, alors qu'il était encore président de l'UEFA, avait participé à un déjeuner à l'Elysée un mois plus tôt, en novembre 2010, en présence de Nicolas Sarkozy (Président de la République), Tamim Ben Hamad al-Thani (émir du Qatar) et Hamad Ben Jassem (premier ministre et ministre des affaires étrangères du Qatar). Les enquêteurs s'intéressent particulièrement à cette rencontre au sommet, à laquelle avaient également participé Sophie Dion (conseillère technique chargée des sports de N.Sarkozy) et Claude Guéant (secrétaire général de l'Elysée). Ce dernier a lui aussi été auditionné ce mardi en tant que "suspect libre", selon Mediapart.

Sa suspension par la FIFA doit prendre fin en octobre

"Je savais que j’allais voter pour le Qatar avant le déjeuner et je suis allé voir Nicolas Sarkozy pour lui dire. Je ne savais pas que les Qataris y seraient", a toujours assuré Michel Platini. "En allant au déjeuner, j’ai supputé que le président Sarkozy aurait souhaité que je vote pour le Qatar. Mais il ne me l’a jamais demandé. J’ai ensuite appelé Sepp Blatter (à l'époque président de la FIFA, ndlr) pour lui faire part de cette rencontre." Il est aussi important de noter que ce déjeuner avait eu lieu huit mois seulement avant le rachat du Paris SG, le club de coeur de Nicolas Sarkozy, par le fonds d'investissement qatari QSI (pour 76 M€).

Cette "nouvelle" affaire tombe mal pour Michel Platini, dont la suspension par la FIFA doit prendre fin en octobre prochain. En 2015, alors qu'il postulait à la présidence de l'instance mondiale du football, il avait été interdit de "toute activité liée au football" pour "violation du code d'éthique". Le triple Ballon d'Or avait été reconnu coupable par la justice interne de la FIFA de "conflit d'intérêt" et "gestion déloyale" après avoir touché un chèque de 1,8 M€ de la part de Sepp Blatter, en 2011, pour un travail de conseiller de ce dernier effectué neuf ans plus tôt. Sa suspension, initialement prononcée pour huit ans, avant ensuite été réduite à six, puis quatre ans.