L.Europa - L'OM retrouve la victoire, pas son public... (résumé et notes)

Commentaire(s)
L.Europa - L'OM retrouve la victoire, pas son public... (résumé et notes)
Kamara et l'OM se sont imposés dans un Vélodrome quasiment vide. OM KONYASPOR 1E JOURNéE C3

Trois semaines après sa dernière victoire, l'OM a retrouvé le goût du succès en battant, sur la plus petite des marges, le club turc de Konyaspor. Mais Rudi Garcia et ses hommes ne se sont pas forcément réconciliés avec leur public, dont le mécontentement s'est encore fait sentir...

Ligue Europa - 1ère journée (groupe I)
Olympique de Marseille - Konyaspor : 1-0 (0-0)
But : Rami (48e) pour l'OM.

Drôle d’ambiance au Vélodrome. Vingt jours après sa claque à Monaco (6-1) et quatre après sa déconvenue devant Rennes (1-3), l’Olympique de Marseille a joué son premier match de la phase de poules de l’Europa League devant seulement 6 000 spectateurs (9% de taux de remplissage) ! Dans ce contexte délicat, Dimitri Payet et ses coéquipiers ont su s’imposer sur la plus petite des marges face à Konyaspor, prenant ainsi la tête de leur groupe I (dans l'autre match, Guimaraes et Salzburg se sont tenus en échec 1-1). Mais que ce fut laborieux !

Rudi Garcia avait pourtant opéré de nombreux changements dans son onze de départ, organisé dans un inhabituel 4-2-3-1. Cinq, dont deux forcés (Rolando et Pelé pour suppléer Abdennour et Mandanda, blessés) et un surprenant : la titularisation de Boubacar Kamara, neuf mois après sa première apparition en match officiel, à Sochaux (défaite en 1/8e de finale de la Coupe de la Ligue). Aligné au milieu de terrain, au côté de l'excellent Luiz Gustavo, le jeune défenseur Marseillais (17 ans) s’est montré à son avantage. Mais c’est devant les deux récupérateurs que le nouveau système inventé par Garcia a affiché quelques limites.

Dimitri Payet, positionné en meneur de jeu, a passé sa première mi-temps à venir occuper les zones de ses ailiers, Florian Thauvin et… Morgan Sanson. L’ancien Montpelliérain, que Frédéric Hantz utilisait régulièrement à ce poste excentré en début de saison dernière, préfère évoluer dans le coeur du jeu et on comprend pourquoi. Peu à son aise, il n’a jamais su faire la différence balle au pied et son entente avec Jordan Amavi est, bien évidemment, à parfaire.

Rami délivre l'OM

À la mi-temps, atteinte sur un score nul et vierge, on voyait mal comment l’OM, dans ces conditions, allait pouvoir faire la différence face à une tenace mais modeste équipe de Konyaspor, 14e de son championnat après quatre journées. Sauf, peut-être, sur un coup de pied arrêté… Bingo ! C’est bien sur un corner de Payet que les Olympiens ont trouvé la faille, le pied droit du Réunionnais trouvant la tête d’un Rami bien esseulé au deuxième poteau (48e).

Difficile de dire si on le doit au discours de Rudi Garcia à la pause ou à ce but libérateur, mais les Ciel-et-Blanc sont alors montés en gamme dans ce début de deuxième acte. Trois minutes plus tard, une percée rageuse de Thauvin a abouti sur une frappe repoussée par Serkan Kirintili (51e). Puis, un très bon centre de Jordan Amavi a trouvé Valère Germain, dont la reprise du droit, non moins superbe, s’est écrasée sur la transversale du gardien turc (56e). Ce dernier a encore dû s’employer pour empêcher Sakai de doubler la mise (65e) et sur une belle inspiration de Morgan Sanson en fin de match (88e).

De son côté, la défense olympienne est parvenue à maintenir les assauts adverses, à l’exception de ce festival de l’ancien Lorientais Moryké Fofana, conclu par une frappe de Bourabia sur la barre de Yohann Pelé, battu (60e). Le seul véritable frisson pour un Vélodrome dégarni, mais qui n’a pas manqué de faire savoir son mécontentement face au niveau de jeu affiché et aux résultats récoltés par les Ciel-et-Blanc depuis le début de saison. Car si l’OM a bien renoué avec la victoire, ce jeudi, il doit encore le faire avec son public...

LES NOTES DE L'OM

Pelé (5) - Sakai (6), Rami (7), Rolando (6), Amavi (6) - Kamara (6), L.Gustavo (7) - Thauvin (6), Payet (6), Sanson (3) - Germain (5).

Photos associées