à la une

L1 - Angers - OL : Romain Thomas et Anthony Lopes règlent leurs comptes en direct à la radio !

Anthony Lopes, le gardien de but de l'OL, et Romain Thomas, le défenseur central du SCO Angers.
Anthony Lopes, le gardien de but de l'OL, et Romain Thomas, le défenseur central du SCO Angers. 11E JOURNéE L1

Au lendemain de la charge violente d'Anthony Lopes sur Romain Thomas, les deux hommes se sont expliqués en ce lundi soir dans le cadre de l'émission "Top of the foot", diffusée sur RMC.

Hier après-midi, à l'occasion de la 11ème journée de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais s'est imposé sur la plus petite des marges sur le terrain du SCO Angers (0-1, résumé et notes). Une partie marquée par la sortie aérienne d'Anthony Lopes, genou en avant, sur Romain Thomas, touché dans le bas du dos sur le coup. Une action dangereuse non sanctionnée par l'arbitre de la rencontre et qui suscite énormément de réactions depuis hier soir. Ce lundi soir, le dernier rempart rhodanien (30 ans, 11 matches disputés en Ligue 1 en 2020-2021) et l'axial angevin (32 ans, 8 matches joués en championnat cette saison) étaient réunis par RMC Sport, lors de l'émission "Top of the foot". L'occasion pour les deux hommes de s'expliquer.

À lire aussi : Le coup de gueule de Moulin sur la sortie dangereuse d'Anthony Lopes

"J’ai été surpris sur le coup, je ne le vois pas sortir, je n’ai pas eu le temps de me protéger. Je suis surpris de la façon dont je tombe au sol. Le choc a été violent, la douleur a été vive", a d'abord témoigné l'axial des Blanc-et-Noir. Plutôt coutumier de ces interventions que l'on peut aisément qualifier de "musclées", le portier lusitanien s'est défendu d'emblée : "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Le seul moyen de protection pour un gardien, c'est le genou levé, un gardien en l’air est très vulnérable. Je n’y vais pas pour faire mal, ce geste-là est maîtrisé, parce que je suis en l’air. J’y vais avec l’intention de prendre le ballon", a assuré le gardien portugais.

À lire aussi : Romain Thomas allume Anthony Lopes

Une argumentation insuffisante pour convaincre Romain Thomas, qui ne digére toujours pas le geste de son adversaire : "Je trouve que ce n’est pas maîtrisé. Que les gardiens sortent avec les genoux, on voit ça sur tous les terrains, mais par rapport à la situation d’hier, je ne sais même pas pourquoi on vient me percuter comme ça, je ne peux même pas marquer, je suis dos au but. Il y a un excès d’engagement. Pour moi, il n’y a pas de discussion. Le ballon n’a même pas été contrôlé par le gardien de but", a lâché le numéro 24 angevin. Selon Anthony Lopes, qui a réaffirmé qu'il n'avait aucunement l’intention de lui faire mal, "parce qu'à ce compte-là, plus aucun gardien ne sort", il est simplement en train de payer sa mauvaise réputation.

À lire aussi : Le coup de gueule de Pierre Ménès contre Anthony Lopes

"J’étais déjà surveillé de près, parce que les débats ne datent pas d’aujourd’hui. Avant qu’on me regarde avec ces yeux-là, j’étais déjà surveillé", a lancé le Portugais. "J’en ai subi les conséquences il y a quelques années en arrière. Je suis sorti sur civière en 2013 à Guingamp, double fracture des vertèbres. J’ai eu le gros pépin à Barcelone, je me suis fait marcher sur le visage en demi-finale de Coupe de France par M'Baye Niang, j’en ai pas fait des caisses. Ça fait partie du jeu, c’est un sport de contact. Il y a des contacts plus virils que d’autres. Mais hier la VAR a été checkée par ceux qui sont devant les écrans", a-t-il ajouté.

Romain Thomas : "C'est scandaleux, il faut avoir un peu de bon sens"

Une dernière phrase qui n'a pas du tout été du goût de Romain Thomas : "Juste pour te couper, la VAR n’a pas été checkée. C’est scandaleux, il faut avoir un peu de bon sens. Tu n'as pas envie de parler, tu fais preuve de mauvaise foi. Si aujourd’hui je reste dans mon lit, corsé, je veux bien que tu aies eu des soucis avant, mais tes sorties, elles font mal à l’adversaire", s'est emporté le défenseur central, avant la conclusion du gardien lyonnais. "De toute façon, je ne suis pas venu débattre. J’ai juste une question à poser. Si c’était un autre gardien que Lopes, le débat en serait-il là aujourd’hui ? Et si Angers avait gagné, aurait-on débattu ? Non", a-t-il conclu. Ambiance, ambiance...