à la une
Jeudi 16 Juillet

L1 - Après l'audience du Conseil d'État, Didier Quillot refait le match face à la presse !

Commentaire(s)
L1 - Après l'audience du Conseil d'État, Didier Quillot refait le match face à la presse !
Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de Football Professionnel (LFP), ici aux côtés de Nathalie Boy de la Tour (présidente).

Présent lors de l'audience du Conseil d'État, Didier Quillot, le directeur général de la LFP, s'est exprimé après celle-ci. L'occasion pour lui d'assurer, notamment, que la saison 2019-2020 ne reprendrait pas.

À l'issue de l'audience en référé du Conseil d'État concernant les recours déposés par l'Olympique Lyonnais, l'Amiens Sporting Club et le Toulouse Football Club, Didier Quillot, directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel, s'est arrêté devant les journalistes pour faire part de sa réaction, vivement attendue. L'occasion pour lui de se fendre d'une franche mise au point et de revenir sur trois aspects précis. Dès son arrivée devant nos confrères, le dirigeant de l'instance a d'abord été très clair : "Bonjour à tous. Pas de questions s'il-vous-plaît. Je voudrais faire, à l'issue de cette audience, trois commentaires", a-t-il ainsi lancé en préambule de son intervention, avant d'enchaîner sur le premier point.

"Le premier, c'est celui sûr la séquence 28 avril-30 avril. Je tiens à rappeler que le 28 avril, le Premier ministre, à la tribune de l'Assemblée nationale, a exprimé de manière très claire et sans équivoque que les sports professionnels ne pouvaient pas reprendre, et qu'il a expressément cité le championnat de football. Le 29 avril, la FFF a décidé à l'unanimité de son Comex l'arrêt des championnats amateurs. Et le 30 avril, notre diffuseur principal Canal +, prenant acte de la décision du Premier ministre, a résilié de manière définitive le contrat qu'il avait avec la Ligue. Le 28 mai, le Premier ministre lui-même, en réponse à une question, a assumé la décision qui a été prise le 28 avril en rappelant "les décisions qui ont été prises, je les assume". Sur ces bases-là, la décision qui a été prise par le CA du 30 avril de la Ligue est évidemment la bonne forme de tous ces éléments", a lâché Didier Quillot, écouté religieusement par les journalistes présents sur place.

Un message clair : préparer la saison prochaine

Le directeur général s'est ensuite attardé sur sur un aspect bien précis : "Deuxième commentaire. Je voudrais insister sur l'unanimité de notre éco-système. Le 30 avril, les décisions que nous avons prises ont été prises à l'unanimité, moins une seule voix. Les décisions qui ont été prises par la FFF ont été prises à l'unanimité de son Comex, j'insiste bien sûr l'unanimité de son Comex. Le syndicat des joueurs, je vous rappelle, n'était pas pour la reprise la semaine précédent le 30 avril. Il y avait donc une unanimité de l'ensemble des familles du football professionnel ce jour-là, le 30 avril", a rappelé Didier Quillot, et de conclure son long monologue par son troisième commentaire, visant l'intérêt général.

"Troisième et dernier commentaire. C'est celui de l'intérêt général. On l'a encore vu durant l'audience au Conseil d'État cet après-midi. La Ligue est là pour représenter l'intérêt général, celui des 40 clubs, et nous avions en face de nous, on peut le comprendre tout à fait, trois clubs qui étaient là pour parler de leur intérêt particulier, ce que je comprends complètement. (...) En ce qui nous concerne, le 30 avril, compte tenu 1. de la décision du gouvernement, 2. des circonstances sanitaires exceptionnelles, nous ne pouvions pas prendre une autre décision que celle-ci", a-t-il ainsi estimé, désormais pleinement tourné vers l'avenir du football français. "Aujourd'hui, il faut se tourner vers la saison 2020-21. Il faut donc que l'on prépare dès maintenant, comme les clubs ont commencé à le faire, la reprise de la saison 2020-21 au mois d’août", a-t-il conclu. Qu'on se le dise, la saison 2019-2020 n'est plus qu'un lointain souvenir pour la LFP.