L1 - Bordeaux vient à bout de Monaco avec un panache incroyable (analyse et notes)

Commentaire(s)
L1 - Bordeaux vient à bout de Monaco avec un panache incroyable (analyse et notes)
Bordeaux prend le dessus sur Monaco ! GIRONDINS ASM 3E JOURNéE L1

Bordeaux l'a fait ! Dominateurs, les Girondins ont failli voir la victoire leur passer sous le nez... mais un doublé de Kamano permet au FCGB de battre Monaco (2-1) en cette troisième journée de Ligue 1.

Ligue 1 - 3ème journée
FC Girondins de Bordeaux - AS Monaco : 2-1 (0-0)
Buts :
Kamano (s.p 47ème et 90ème+2) pour Bordeaux ; Pellegri (64ème) pour Monaco.

LE FAIT DU MATCH

L'ASM à l'assaut. Avec l'entrée de Pietro Pellegri, l'ASM s'est senti pousser des ailes... et Diego Benaglio s'est retrouvé assailli en contre, et délaissé par sa défense. François Kamano, trop facile face à Kamil Glik, montre d'abord la voie mais voit sa frappe sortie par le pied du portier (54ème). Ensuite, le gardien s'interpose face à Jemerson, auteur d'un contre malencontreux sur corner (76ème).

Enfin, le Suisse doit s'employer sur un penalty qu'il concède lui-même face à Younousse Sankharé absolument seul... et s'en vachercher la frappe du jeune et très bon Samuel Kalu dans son soupirail (86ème). Tenace, précieux et solide, l'ancien international a cru tenir le nul pour son équipe. Mais sur un énième contre, François Kamano vient offrir trois points à Bordeaux. Et une leçon aux Monégasques.

LES BUTS

1-0 (47ème) : Bordeaux ouvre le score ! Monaco remonte le ballon mais Jean-Eudes Aholou se rend coupable d'une très mauvaise relance, directement sur Aurélien Tchouaméni. Le milieu sert Samuel Kalu. En un contre un, l'ailier déstabilise Jemerson d'un passement de jambe, le défenseur balaye son vis à vis : penalty. François Kamano se présente face à Diego Benaglio et ouvre calmement son pied droit et met les Girondins en tête.

1-1 (64ème) : Pellegri sur son premier ballon ! Monaco manque d'efficacité, Leonardo Jardim effectue des changements... mais l'égalisation vient d'en face. Sur une remise en retrait, Jules Koundé prend son temps. Il est trop lent, et voit Pietro Pellegri arriver lancé sur lui. La tentative de dribble du défenseur est médiocre, l'Italien récupère et envoie une frappe taclée du gauche depuis l'entrée de la surface. Dans la lucarne d'un Costil très surpris.

2-1 (90ème) : Bordeaux passe finalement devant ! Monaco laisse des espaces, Djibril Sidibé déserte son couloir... et Maxime Poundjé en profite pour glisser dans la surface à Younousse Sankharé. Instantanément, le milieu de terrain remet sur François Kamano, esseulé au coin droit de la surface. Comme face à Toulouse, l'ailier enroule et trouve le petit filet du portier adverse, dépassé.

L'HOMME DU MATCH

Les deux K bordelais. François Kamano, Samuel Kalu : ça fonctionne ! Les deux hommes donnent d'abord le tournis à l'ASM avec leurs dribbles. Ensuite, ils s'en vont provoquer, Kalu touche le montant (24ème), provoque un penalty (47ème) et martyrise Antonio Barreca. Kamano, lui, s'offre un doublé, des contres assassins, et le leadership de l'équipe. Ensemble, les deux K s'occupent de l'orientation du jeu et de l'animation offensive : et Bordeaux gagne !

LES NOTES

FCGB : Costil (5) – Palencia (5), Koundé (4), Pablo (6), Poundjé (6) – Lerager (6.5), Tchouaméni (6.5), Plasil (6) – Kalu (7.5), Briand (5), Kamano (7.5).

ASM : Benaglio (7) – Alm.Touré (4), Glik (4), Jemerson (3), Barreca (4.5) – Aholou (4), Tielemans (5) – Grandsir (4), A.Traoré (3), R.Lopes (4) – Falcao (3.5)

LES CONSÉQUENCES

Bordeaux l'emporte enfin ! Sous l'impulsion de son duo Kalu-Kamano, les Girondins se procurent de nombreuses occasions, obtiennent deux penalties... mais doivent attendre le temps additionnel pour l'emporter. La faute à un grand Diego Benaglio. La faute, également, à une solidité de chaque instant... mise à mal en une fraction de seconde par une erreur terrible de la part de Jules Koundé. Quoi qu'il en soit, Eric Bedouet et les Girondins se relancent. En attendant le retour face à La Gantoise... et Thierry Henry ?

Monaco, c'est pas encore ça. Décevants face à Lille, les Asémistes étaient attendus au tournant... ils se sont encore montrés fragiles. Absents offensivement, les hommes du Rocher ont dû attendre l'entrée de Pietro Pellegri pour espérer mieux qu'une triste défaite. Sauf que cela n'a pas suffi. Glik et Jemerson à un niveau bas inhabituel, Falcao invisible : les cadres se dérobent, et l'ASM compte un nul, une victoire et un défaite en trois journées. Inquiétant ? Pas encore...