L1 - Gasset monte au créneau pour défendre Laurent Blanc face aux critiques

Commentaire(s)
L1 - Gasset monte au créneau pour défendre Laurent Blanc face aux critiques
Jean-Louis Gasset a soutenu Laurent Blanc.

Alors que l'Olympique Lyonnais a finalement opté pour Rudi Garcia pour remplacer Sylvinho au poste d'entraîneur, Jean-Louis Gasset s'est exprimé dans les colonnes de L'Equipe au sujet du manque de respect dont Laurent Blanc fait l'objet depuis plusieurs semaines.

Rudi Garcia, Laurent Blanc et Jocelyn Gourvennec. Voilà quels étaient les trois techniciens susceptibles de succéder à Sylvinho sur le banc lyonnais. C'est finalement l'ancien marseillais qui a été désigné, préféré au duo Laurent Blanc - Jean-Louis Gasset. Très discret depuis plusieurs mois et la fin de son aventure à Saint-Etienne, l'ancien coach des Verts s'est dit étonné de voir les dirigeants rhodaniens abandonner la piste menant à l'ancien sélectionneur des Bleus. "Oui, car c'est quelque chose qui rôdait depuis pas mal de temps. Le président Aulas aime bien Laurent. Je pensais donc qu'il était l'homme idéal, pour se relancer et relancer le club. Cela aurait fait d'une pierre deux coups. Ce qui m'a surpris aussi, ce sont les réactions derrière" a-t-il expliqué.

Par réactions, JLG fait référence aux critiques entendues et lues au sujet de l'ex-entraîneur parisien. "Oui. Comme il est inattaquable sur sa carrière de joueur, on l'attaque sur autre chose. Il joue au golf, comme le font des chirurgiens pour évacuer le stress inhérent à leur profession, et on le montre aussitôt avec une casquette de golfeur, en le traitant de fainéant. S'arrêter à ça, c'est ignoble. On manque de respect à ce grand monsieur qu'est Laurent Blanc" a-t-il expliqué, avant d'avouer que ces allégations acerbes affectaient le principal concerné. "Forcément, ça le touche. En ce moment, on fait parler tout le monde et n'importe qui sur lui. Ils le critiquent sans le connaître. Je ne suis pas d'accord avec eux. Surtout que Laurent ne critiquerait jamais ces gens ni ne se permettrait de les mettre en porte à faux publiquement. S'il a quelque chose à te dire, il va venir te voir. Lui, il a de la classe. Et comme c'est un gentleman, il ne leur répondra pas. C'est son éducation, il est comme ça."

"C'est un mal français de jalouser les gens qui réussissent"

Selon Gasset, les gens ont tendance à faire "un mauvais procès" à Laurent Blanc et le trouvent "hautain" en raison des distances qu'il prend. "Je le répète, c'est un grand monsieur et en ce moment, on ne le respecte pas. C'est un mal français de jalouser les gens qui réussissent, de chercher à les dénigrer pour les déstabiliser et écorcher leur image" a-t-il ajouté. L'Héraultais a également évoqué la méthode de travail de son ami, prenant de nouveau sa défense. "C'est faux. Qui d'autre mieux que moi peut parler de son travail ? Quand un spectateur vient assister à un entraînement, il a l'impression que Laurent ne fait rien. Qu'il est distant. En réalité, il prend du recul sur le jeu pour se faire une idée bien précise. S'il m'a choisi (en 2007), c'est parce qu'on se connaît depuis trente-cinq ans. Je sais le football qu'il aime. Une fois qu'il a défini la ligne directrice, je lui montre ce qu'il veut voir lors des séances. Comme Ghislain (Printant) le faisait à Saint-Étienne quand j'étais numéro 1 et lui numéro 2. À la fin, c'est Laurent qui travaille et décide de tout. C'est lui le patron. Il a adopté un mode de fonctionnement à l'anglaise. Quand ce sont les autres, c'est bien. Quand c'est lui, c'est un fainéant. C'est insupportable, tout ce que l'on dit sur lui."

Sans banc depuis trois ans, Laurent Blanc attend un nouveau défi depuis son départ du PSG. A ce sujet, Jean-Louis Gasset estime que les hautes sphères du club de la capitale ont commis une erreur en se séparant du Français. "Déjà, le sortir du Paris-SG a été dur car on était en train de construire quelque chose. On était sur la bonne voie. Avec plus de patience, peut-être qu'on y serait arrivés (à gagner la Ligue des champions). Je n'ai pas l'impression que c'était Blanc le problème au PSG, puisqu'aucun n'a réussi depuis ce qu'il a réussi sur le territoire français, ni européen. En trois ans, on a gagné onze titres sur douze et mené trois fois de suite le club en quarts de finale de la C1. Sans Neymar ni Mbappé. On a réussi le quadruplé, par deux fois, et tout le monde a banalisé le truc. Or, je constate que plus aucun entraîneur ne l'a fait après lui. La qualité de jeu était également là" s'est-il justifié.

"Vraiment, on le mésestime"

"Il faut qu'il fasse quoi, pour qu'on reconnaisse qu'il est également très fort, comme entraîneur ? Il a l'approche d'un technicien de haut niveau et l'aura auprès des grands joueurs car il en a été un. Vraiment, on le mésestime" s'est-il interrogé. D'après lui, si Laurent Blanc ne retrouve pas de poste, c'est en partie à cause "des gens (qui) lui mettent des bâtons dans les roues et que son exigence est trop grande". Cette exigence, Jean-Louis Gasset estime qu'elle n'était pas démesurée lorsque Blanc a exigé d'emmener son propre staff avec lui, à Lyon. Une demande refusée catégoriquement par Jean-Michel Aulas. "Il a le privilège de pouvoir patienter et de choisir les projets qui lui vont bien et qui vont le mettre en position idéale pour réussir. Il a gagné ce privilège et il ne dérogera pas à ses principes. Tu ne lui imposes rien. Sinon, tu ne le prends pas. Un étranger arrive avec son armée de cinq types, et lui, il ne devrait venir qu'avec un adjoint ? Nous, Français, on ne peut pas ? Laurent Blanc ne peut pas ? C'est incompréhensible. Je ne comprends pas cette cabale, ou alors des gens lui savonnent la planche."