à la une
Samedi 4 Juillet

L1 - L'amendement déposé au Sénat fait grincer des dents la LFP et l'ANLSP

Commentaire(s)
L1 - L'amendement déposé au Sénat fait grincer des dents la LFP et l'ANLSP
L'association nationale des ligues de sport professionnel représente, entre autres, la LFP.

Lundi, plusieurs sénateurs ont déposé un amendement visant à permettre la reprise de la saison 2019-2020 des sports professionnels, sous réserve d'un avis positif du comité scientifique. Mais si l'espoir de voir les compétitions sportives relancées en France était déjà mince, il a été éteint par l'Association nationale des ligues de sport professionnel, qui rappelle dans un communiqué que "les décisions d'arrêter les saisons sportives 2019-2020 ont été prises en responsabilité, consécutivement aux décisions de l'Etat et dans une logique de préservation des intérêts collectifs en jeu".

"A l’heure où le sport français fait face à des circonstances exceptionnelles, cet amendement serait source d’une confusion qui déstabiliserait encore davantage les instances sportives", déplore, par la suite, l'ANLSP, qui regroupe les ligues professionnelles de Basketball, de Cyclisme, de Handball, de Rugby, de Volley et de Football, par conséquent la LFP. "Nous pensons qu’il importe au contraire d’unir nos forces pour préparer dans les meilleures conditions possibles la reprise de la saison 2020-2021 et accompagner durablement les clubs dans la gestion d’une crise inédite."

LE COMMUNIQUÉ DE L'ANLSP

"Les ligues professionnelles ont pris connaissance de la proposition d'amendement des sénateurs M. Savin et C. Kern au projet de loi dispositions urgentes face à l'épidémie de Covid-19, qui vise à permettre aux fédérations délégataires et aux ligues professionnelles d'autoriser la reprise des saisons sportives 2019-2020 sous réserve d'un avis positif du comité scientifique.

Elles rappellent que les décisions d'arrêter les saisons sportives 2019-2020 ont été prises en responsabilité, consécutivement aux décisions de l'Etat et dans une logique de préservation des intérêts collectifs en jeu.

A l’heure où le sport français fait face à des circonstances exceptionnelles, cet amendement serait source d’une confusion qui déstabiliserait encore davantage les instances sportives. Nous pensons qu’il importe au contraire d’unir nos forces pour préparer dans les meilleures conditions possibles la reprise de la saison 2020-2021 et accompagner durablement les clubs dans la gestion d’une crise inédite."