L1 - L'équipe-type de la 32e journée

Commentaire(s)
L1 - L'équipe-type de la 32e journée
L'équipe-type de la 32e journée. VIDEOS FOOT

Facile vainqueur de Nantes, le LOSC place trois représentants dans l'équipe-type de la 32e journée composée par la rédaction de MadeinFOOT. Deux Stéphanois, deux Parisiens, un Lyonnais, un Angevin, un Montpelliérain et un Rennais sont également présents.

L'équipe-type de la 32e journée

Letellier (Angers) : Auteur de 6 arrêts au total (son record en Ligue 1), le portier angevin a sauvé son équipe par trois fois en toute fin de rencontre à Troyes, lui permettant de prendre les trois points dans le temps additionnel.

Malcuit (ASSE) : Sa percée sur la droite, conclue par une passe décisive pour l'ouverture du score de Nolan Roux, a a lancé son match à Ajaccio (0-2). Défensivement impeccable (5 tacles, 2 interceptions, 4 dégagements défensifs), l'ancien Niortais a aussi participé à l'animation offensive des Verts, avec 66 ballons touchés (meilleur total de son équipe) et deux centres réussis. De quoi convaincre Christophe Galtier de faire appel à lui plus régulièrement ?

Perrin (ASSE) : Comme Malcuit, lui non plus n'a pas beaucoup joué depuis le début de l'année, la faute à des pépins physiques contraignants qui l'ont grandement handicapé. Son retour, symbolisé par un sauvetage devant sa ligne dès l'entame du match, fait du bien à la défense stéphanoise et sa feuille de stats peut en attester (7 duels aériens gagnés, 2 interceptions, 8 dégagements défensifs).

Sunzu (LOSC) : Au-delà de son but inscrit de la tête, Stoppila Sunzu a remporté 10 autres duels aériens, aidant grandement à garder la cage lilloise inviolée à Nantes (0-3). L'ancien Sochalien, qui a profité de la suspension de Soumaoro et de la blessure de Basa pour fêter sa 7e titularisation de la saison, a très certainement marqué des points dans l'esprit de Frédéric Antonetti.

Sidibé (LOSC) : Encore très actif dans son couloir gauche, il a beaucoup travaillé défensivement (1 tacles, 14 interceptions), tout en restant précis dans la relance (82% de passes réussies).

Sanson (MHSC) : Sans véritable génie, le milieu montpelliérain s'est toujours montré disponible pour ses partenaires, même s'il n'a pas touché énormément de ballons (40) et n'a pas été très propre techniquement (seulement 61% de passes réussies). De retour après de longs mois de blessure (il n'avait plus été titularisé depuis mi-décembre), l'international Espoirs français a surtout été décisif pour son équipe, avec deux buts marqués sur ses deux seules frappes du match.

Rabiot (PSG) : Une passe décisive pour le 3e but d'Ibrahimovic (voir plus bas), au terme d'une magnifique chevauchée, pour conclure une prestation pleine dans l'entre-jeu parisien (87% de passes réussies, 5 dribbles réussis). De quoi finir de convaincre Laurent Blanc de le titulariser pour recevoir City, mercredi, en l'absence de Marco Verratti.

Ghezzal (OL) : Après une trêve internationale animée par les éliminatoires de la CAN 2017, l'attaquant algérien a repris ses bonnes habitudes en championnat. Auteur du deuxième but lyonnais à Lorient (1-3) sur l'une de ses cinq tentatives (dont 3 cadrées), Ghezzal a aussi fait preuve d'inspirations notables (5 passes avant une frappe). Notamment celle sur le troisième et dernier but de Lacazette avec un décalage pertinent. Il est, à coup sûr, l'homme en forme de cette formation rhodanienne.

Dembélé (Rennes) : Qui peut arrêter Ousmane Dembélé ? Reims, en tout cas, n'a pas réussi et a dû subir les assauts du jeune attaquant Rennais, auteur d'un doublé sur ses deux seules frappes du match.

Ibrahimovic (PSG) : Auteur de ses 28ème, 29ème et 30ème buts de la saison en Ligue 1 (en 26 matches) face à Nice, l'avant-centre Suédois n'en finit plus d'impressionner. Son premier but est une merveille du genre. Contrôle en extension du bout du pied, avant de décocher une frappe puissante sous la barre. Que dire ensuite de son coup-franc sur-pruissant, qui n'a laissé aucune chance à Yoan Cardinale ? Sa troisième réalisation est plus simple, mais toute aussi symbolique de son état de forme du moment.

Eder (LOSC) : Il a parfois été brouillon, il a souvent oublié ses partenaires mais le Lillois a été un bon point de fixation pour l'attaque losciste sur la pelouse de Nantes, hier. Très présent de la tête sur les longs ballons (5 duels aériens gagnés) malgré un rôle parfois ingrat, l'attaquant portugais a considérablement gêné la défense nantaise et a marqué le match de son empreinte, avec deux buts (sur 4 tentatives, toutes cadrées) et une passe décisive pour Sunzu (voir plus haut).