L1 - Nîmes-OM : le premier couac du VAR expliqué

Commentaire(s)
L1 - Nîmes-OM : le premier couac du VAR expliqué
Germain n'a pas écopé du pénalty 2E JOURNéE L1

Cette histoire remonte au 19 août dernier (2e journée), et pourtant elle refait surface depuis hier soir. L'Olympique de Marseille, alors en déplacement aux Costières face à Nîmes, aurait dû obtenir un pénalty à la suite d'un accrochage entre Téji Savanier et Valère Germain. A l'époque, alors que le VAR fonctionnait, l'arbitrage avait justifié cette mauvaise appréciation avec un "dysfonctionnement de l'oreillette".

Pourtant, avec les images diffusées par le Late Football Club hier soir, on constate finalement qu'il y a eu un énorme cafouillage entre l'assistant vidéo, Amaury Delerue, et M.Bastien. Benoit Bastien voit un bloc de Germain devant Briançon, quelques secondes juste avant l'accrochage de maillot, et n'entend pas les consignes du car régie. L'arbitre central justifie, par la suite, son propos sur le bloc de Germain, qu'il juge comme une faute. Pascal Garibian, le patron des arbitres français, a affirmé que Benoit Bastien lui avait confié qu'il aurait sifflé pénalty s'il avait revu les images.