à la une
Lundi 1 Juin

L1 - PSG-MHSC : Ménès fustige la mentalité française

Commentaire(s)
L1 - PSG-MHSC : Ménès fustige la mentalité française
Pierre Ménès, le consultant de la chaîne cryptée Canal +. 22E JOURNéE L1

Hier après-midi, au Parc des Princes, le Paris Saint-Germain a infligé une véritable fessée au Montpellier Hérault Sport Club (5-0, analyse et notes), lors de la 22ème journée de Ligue 1. Au lendemain de cette correction, les discussions se concentrent principalement sur le remplacement et l'agacement de Kylian Mbappé, ou de celui de Neymar contre l’arbitre de la rencontre. Ce que regrette Pierre Ménès, qui s'est fendu d'un petit coup de gueule sur son blog.

"Mbappé a marqué aussi avant de faire la tronche en sortant, l’échange qu’il a eu avec son coach semblant peu cordial. Que le prodige français ne soit pas content de son sort, c’est son droit. Disons qu’il pourrait éviter d’exhiber ce mal-être aux yeux de tous, surtout quand son équipe mène 5-0. Mais voilà, c’est terrible en France : Paris a gagné 5-0 et on parle du carton jaune et de la colère de Neymar, de la sortie de Mbappé. Ah, et évidemment, de l’anniversaire du Brésilien. Qui soit dit en passant doit être le premier footballeur de l’histoire à fêter son anniversaire un dimanche soir, à deux jours d’un match", a lancé le journaliste de Canal Plus, avant de revenir plus en détails sur la rencontre. "Je ne suis pas certain que les déclarations de Delort et de Le Tallec - particulièrement stupides au demeurant - aient rendu service aux Héraultais, qui ont trouvé face à eux un Neymar surmotivé. Pourtant, la méthode dure a été employée sur le Brésilien, qui a subi neuf fautes dans le match, égalant ainsi le record d’il y a deux ans, déjà face à Montpellier. Les esprits chagrins diront que les Parisiens ont encore bénéficié de cartons rouges adressés à leurs adversaires. Mais bon, je suis désolé : Bertaud qui fait main devant Mbappé en dehors de la surface, ça vaut rouge. La main de Chotard dans le visage de Neymar et sa semelle sur le tibia de Kimpembé, ça vaut rouge aussi".