à la une
Mardi 24 Novembre

L1 - Quels clubs font le plus confiance aux jeunes en France ?

Commentaire(s)
L1 - Quels clubs font le plus confiance aux jeunes en France ?
Lille est le club qui fait le plus jouer les jeunes en Europe ! CIES

Où sont les terreaux les plus propices au développement des jeunes pousses du football mondial ? C'est ce que tente de déterminer le CIES en étudiant le temps de jeu accordé aux joueurs de moins de 21 ans, dans les différents championnats du monde entier. À l'échelle de la L1, qui fait globalement confiance aux jeunes, plus qu'ailleurs, de grandes disparités existent entre les clubs.

La "ligue des talents" est peut-être un pseudonyme un brin prétentieux, mais il faut bien l’avouer, le championnat de France est ce qui se fait de mieux, en Europe, pour révéler de jeunes joueurs. Le centre international d’étude du sport (CIES) en donne une nouvelle preuve dans son étude hebdomadaire, en rapportant le pourcentage de minutes jouées par les joueurs de moins de 21 ans dans 93 ligues du monde entier. La Ligue 1 n’arrive qu’en 36e position à l’échelle planétaire, mais domine le big 5, le rassemblement des cinq plus grands championnats européens (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, France). Dans l’Hexagone, 15% du temps de jeu est alloué aux U21, contre 9,8% en Bundesliga, 8,5% en Premier League, 7,7% en Serie A et 7% en Liga.

Rien de très nouveau jusque-là. Mais l’étude du CIES va plus loin et détaille, en France, quels clubs ont fait le plus confiance aux jeunes sur la dernière saison. Lille arrive en tête, avec près d’un tiers du temps de jeu offert à des joueurs de moins de 21 ans (32,1%). L’OGC Nice talonne le LOSC avec un ratio de 30,8%, tandis que l’AS St-Etienne, qui arrive tout de même assez loin derrière (24,6%), complète le podium. Avec Toulouse (24,3%), ce sont quatre clubs français qui font le plus confiance aux jeunes dans tout le big 5 ! Une traduction assez nette de la stratégie globale d’une majorité de clubs français : faire accumuler de l’expérience à de jeunes joueurs en vue de les revendre au prix fort, à plus ou moins court terme, mais la plupart du temps à l’étranger.

Paris, Montpellier et Monaco accordent peu de place aux jeunes

Ce modèle, qui n’est évidemment pas une exclusivité française, n’est toutefois pas appliqué partout dans le pays. Le Paris St-Germain, par exemple, n’en a pas besoin pour assurer la viabilité économique de son projet et préfère utiliser des joueurs plus aguerris, même si plusieurs jeunes talents ont aussi émergé du côté du Parc des Princes ces dernières années. Ce n’est donc pas un hasard de retrouver le club de la capitale à la 14e place de ce "classement" en France (11,1% du temps de jeu accordé aux U21).

Le PSG devance l’AS Monaco (18e, 8,3%), qui semble avoir abandonné son trading de jeunes joueurs à fort potentiel, mais aussi Angers (19e, 5,4%) et Montpellier (15e, 8,4%), réputés pour l’expérience et la stabilité de leurs effectifs ces dernières saisons. La réticence à faire jouer les jeunes des promus Metz (17e, 8,3%) et Brest (16e, 8,3%) peut quant à elle s’expliquer par leurs craintes de redescendre aussi sec en Ligue 2. Finalement maintenus, considèreront-ils une nouvelle approche, davantage basée sur la promotion des jeunes, en 2020-2021 ? Amiens, qui va retrouver l’échelon inférieur trois ans après sa promotion dans l’élite, n’a jamais semblé y adhérer (20e, 0,4%).