L1 - Reims enfonce Rennes (résumé)

Commentaire(s)
L1 - Reims enfonce Rennes (résumé)
Le Stade Rennais FC s'est incliné face au Stade de Reims (0-1), ce dimanche après-midi en Ligue 1. 9E JOURNéE L1

Ce dimanche après-midi, le Stade de Reims a confirmé son aise loin de la Champagne en s'imposant sur la plus petite des marges sur la pelouse du Stade Rennais FC (0-1), au Roazhon Park, dans le cadre de la 9ème journée de Ligue 1. Les hommes de David Guion grimpent à la sixième place du classement (14 points), à une petite unité de Bordeaux, quatrième. Les Rouge-et-Noir, eux, en sont désormais à six matches de rang sans succès en championnat et même huit toutes compétitions confondues. Les protégés de Julien Stéphan reculent au dixième rang, bloqués à 12 points.

Ligue 1 - 9e Journée

Rennes
0 - 10 - 0 Reims
49' B. Dia

Sous un beau soleil breton, les visiteurs ne perdaient pas de temps pour se montrer dangereux. À la suite d'une montée rageuse de Boulaye Dia, Moussa Doumbia flirtait avec une ouverture du score précoce mais sa tentative, du gauche, frôlait le poteau de Romain Salin (5ème). Le portier des Rouge-et-Noir était ensuite mis à contribution, à plusieurs reprises. Heureusement pour les locaux, il se montrait impeccable sur des tentatives d'Anatasios Donis (11ème) et de Rémi Oudin (15ème). Dans un gros temps fort, le Stade de Reims continuait d'apporter une sérieuse menace sur le but breton et Alaixys Romao, d'une belle tête sur corner, chatouillait le cadre rennais (19ème). Sur une erreur de Jérémy Gélin, Boulaye Dia se heurtait ensuite à la sortie salvatrice d'un Romain Salin déterminant (22ème). C'en était trop pour Julien Stéphan, qui décidait de revoir sa copie sur le plan tactique. Exit le 3-5-2, retour à un 4-3-3. Un choix payant puisque les Rouge-et-Noir terminaient bien mieux le premier acte. Faitout Maouassa, de loin, confirmait ainsi le léger renouveau breton (34ème). Mais les visiteurs ne s'en laissaient pas compter et donnaient encore des sueurs froides à l'arrière-garde rennaise. D'abord sur une tête d'Anastasios Donis (38ème) puis sur une frappe puissante du droit décochée par Moussa Doumbia (45ème). 0-0 à la pause, un petit miracle pour un SRFC copieusement bousculé.

Dès le retour des vestiaires, les Champenois faisaient enfin preuve de réalisme. Sur une très belle action collective, Rémi Oudin se fendait d'un centre rasant et parfait à destination du second poteau. D'un plat du pied droit à ras de terre, Boulaye Dia envoyait le cuir dans les filets malgré le retour désespéré de Romain Salin (0-1, 49ème). Sonnés, les Bretons passaient proches de la correctionnelle moins de 120 secondes plus tard, sur une tentative rasante de ce même Rémi Oudin, finalement bien captée par le gardien (51ème). Ils réagissaient finalement peu avant l'heure de jeu, avec deux actions complètement dingues. Sur un centre caviar de Faitout Maoussa, Benjamin Bourigeaud expédiait sa tête sur la base du montant droit (55ème). Puis Raphinha, quelques secondes après, trouvait la barre transversale sur une reprise acrobatique (55ème). Sauvé à deux reprises par ses montants, Predrag Rajkovic sortait ensuite un énorme arrêt réflexe sur une frappe du droit signée Hamari Traoré (56ème). Chaud, le portier rémois s'interposait à nouveau sur un bon coup-franc de Benjamin Bourigeaud (64ème). Il voyait, peu après, la tête de Joris Gnagnon flirter avec son cadre (65ème), puis se couchait parfaitement sur une frappe trop écrasée de M'Baye Niang (66ème). Passé ce gros temps fort rennais, le rythme retombait et la partie s'équilibrait. Joris Gnagnon, sur une offrande de James Léa-Siliki, avait la dernière occasion de la partie. Mais, à l'image de son équipe, en panne de réalisme, il manquait d'adresse devant le but pour envoyer le cuir, de la tête, dans les filets (90ème+3).

L'HOMME DU MATCH

Ghislain Konan : Dans son couloir gauche, le latéral champenois a rendu une copie pleine. Précieux sur le plan défensif (3 dégagements, 4 interceptions, 4 tacles, 9 duels remportés), il s'est également montré dans le domaine offensif (3 passes clés, 3 centres, 1 grosse occasion créée). De surcroît, pas maladroit balle aux pieds (85 ballons touchés, 78% de passes réussies, 3 dribbles).