à la une
Vendredi 10 Avril

LDC - Dortmund étouffe le PSG et prend l'avantage ! (résumé et notes)

Commentaire(s)
LDC - Dortmund étouffe le PSG et prend l'avantage ! (résumé et notes)
Erling Haaland s'est offert un doublé face au PSG. 8ES LDC

Le PSG n'a pas fait le poids à Dortmund et s'est logiquement incliné deux buts à un. Un score moins inquiétant que le contenu d'un match que les Parisiens n'ont jamais pris à leur compte.

Ligue des champions - Huitièmes de finale

Borussia Dortmund
2 - 10 - 0 Paris
E. Haland 69'
E. Haland 77'
75' Neymar

Le scalp du Barça au Parc des Princes, l’ouverture du score de Rabiot à Madrid, la victoire pleine de maîtrise à Old Trafford… Ces trois dernières saisons, le PSG nous avait habitués à entamer parfaitement ses huitièmes de finale de Champions League, pour les résultats que l’on connaît... Les Parisiens ont-ils volontairement saboté ce match aller à Dortmund en espérant meilleur sort ? On pourrait presque se le demander, mais c'est peu probable... La vérité de cette rencontre est toute autre et moins rassurante : ils se sont fait marcher dessus par les Allemands.

Dès les premières minutes, on a compris que le PSG n’était pas dans un grand soir et que le système en 3-4-3 échafaudé par Tuchel n’allait pas fonctionner face à des Marsupiaux très bien organisés, denses au milieu de terrain et habiles en contres. C’est d’ailleurs sur ces fameuses phases de transition offensive que les champions de France ont souvent pris l’eau, dépassés par les fulgurances de Hakimi, Guerreiro et surtout Sancho dans le premier acte. Il a d’ailleurs fallu un grand Keylor Navas pour empêcher l’attaquant anglais d’ouvrir le score d’une belle frappe enroulée, avant que Kurzawa ne stoppe dans la foulée un tir du piston marocain (27ème).

Si les feux follets Sancho et Hakimi ont manqué d’efficacité, ce n’est pas le cas d’Erling Haaland. Imprécis sur ses deux premières tentatives (35ème et 36ème), il a trouvé la faille après l’heure de jeu, poussant dans les filets de Navas une frappe de Raphaël Guerreiro déviée par Marquinhos (69ème). Un but de renard qui ne saurait faire oublier l’impressionnant mouvement collectif amenant à cette énième opportunité dans la surface parisienne, initié de l’autre côté du terrain par… Guerreiro. Le deuxième but du jeune attaquant norvégien (19 ans), certes bien servi par Giovanni Reyna, est plus individuel : une frappe de mule des vingt mètres qui n’a laissé aucune chance au portier parisien (77ème).

Neymar est passé au travers

Résumer la domination des hommes de Lucien Favre au doublé de l’ex-prodige de Salzburg, auteur de ses 10e et 11e buts depuis son arrivée au BVB cet hiver, serait minimiser l’analyse d’un match que le PSG a subi quasiment du début à la fin. La seule éclaircie est venue de Mbappé et Neymar, qui a égalisé six minutes après l’ouverture du score de Haaland en convertissant une offrande du Français, passé en slalom entre Reyna et Dan-Axel Zagadou (75ème).

Un but capital pour le PSG en vue du retour (mercredi 11 mars), qui se fera d'ailleurs sans Verratti ni Meunier, avertis et donc suspendus dans trois semaines, mais qui rehausse à peine la prestation indigne du Brésilien. De retour après plus de deux semaines passées à soigner une côte douloureuse, le Ney a vampirisé le jeu parisien (87 ballons touchés), mais cette fois sans parvenir à le fluidifier (30 ballons perdus, 1 passe ratée sur 3). Agacé, il s'est même laissé aller à un geste d'humeur sur Axel Witsel qui aurait pu lui coûter plus cher qu'un carton jaune (59ème). Une action à l'image d'un match qui, là aussi, aurait pu coûter plus cher au Paris St-Germain...