LDC - Les clubs européens se mobilisent contre la réforme de la LDC

Commentaire(s)
LDC - Les clubs européens se mobilisent contre la réforme de la LDC
La réforme de la LDC fait débat.

A l'occasion d'une réunion tenue à Madrid mardi, des centaines de clubs européens se sont opposés au projet de réforme de la Ligue des Champions.

Le projet de réforme de la Ligue des Champions divise. Mardi, 244 clubs européens, dont 20 représentants français, ont fait le déplacement jusqu'à Madrid pour assister à une réunion organisée par l'association des ligues de football européennes. Ainsi, tous ces clubs ont pu manifester leur mécontentement et leur refus de voir la Ligue des Champions devenir une compétition fermée à partir de 2024. L'idée a été proposée par Andrea Agnelli, président de la Juventus Turin et de l'ECA, avec l'aide de l'UEFA. Le projet imaginé bénéficierait entièrement aux grosses écuries européennes, que ce soit sportivement ou économiquement, tandis que les plus petits clubs et championnats en seraient exclus.

Présent à cette réunion dans la capitale espagnole, Olivier Létang, le président du Stade Rennais, a exprimé son désaccord total, pointant du doigt le manque d'écoute : "L'ECA, aujourd'hui, c'est une plaisanterie. Son mode de fonctionnement, c'est n'importe quoi. J'y suis allé plusieurs fois comme représentant du Stade Rennais. Ils ne tiennent absolument pas compte de l'avis des clubs. Tout est décidé à quelques-uns". Malgré tout, il reste confiant sur les chances de voir ce projet tomber à l'eau suite à la mobilisation des clubs pour s'y opposer : "(Il existe) un grand mouvement d'opposition à ce projet, qui provoque un vrai tollé. Franchement, je ne vois pas comment l'UEFA pourrait le pousser et défendre les intérêts d'une minorité. Elle prendrait un gros risque. Agnelli devait s'exprimer et il a dit à peine deux mots. Il devait être gêné..." a-t-il expliqué dans des propos relayés par L'Equipe.

"Ça serait la mort du football que l'on aime"

Bernard Caïazzo, président du conseil de surveillance de l'ASSE et de Première Ligue, syndicat des clubs de l'élite, a lui évoqué "un carton jaune adressé à ce projet, qui est une sorte de ligue fermée, et à l'ECA", puis il a poursuivi : "Je ne peux pas accepter un système dans lequel une toute petite minorité prend le pas sur une écrasante majorité. Ca s'appelle une dictature. Et face à la dictature, il y a toujours une révolte. L'ECA ne s'attendait pas à une levée de bouclier aussi massive dans un laps de temps aussi court. La majorité silencieuse a cessé de l'être. C'est la survie de nos clubs dont il s'agit". A noter qu'en France, seul le PSG s'est exprimé en faveur de ce projet.

Directeur général de l'association Football supporters d'Europe, Ronan Evain a lui aussi laissé entendre ses craintes concernant l'avenir de cette compétition. Pour lui, comme pour l'ensemble des clubs qui s'opposent à ce projet, une telle décision engendrerait également des effets négatifs sur les championnats nationaux. Il appréhende notamment "des matches de Ligue des Champions joués le weekend au détriment du calendrier des compétitions nationales. Et des équipes B alignées par les grands clubs en championnat. La possibilité de se qualifier en C1, même si elle est minime, fait partie intégrante du rapport du supporter avec son club. Ce serait la mort du football que l'on aime" a-t-il déclaré.