LDC - Monaco humilié par Bruges et quasiment éliminé de la Champions League (résumé et notes)

Commentaire(s)
LDC - Monaco humilié par Bruges et quasiment éliminé de la Champions League (résumé et notes)
Sofiane Diop a tenté d'exister, mais était trop seul pour Monaco. ASM BRUGES 4E JOURNéE LDC

Encore une soirée catastrophique pour l’AS Monaco de Thierry Henry, presque mathématiquement éliminée de la Champions League après un revers cinglant 0-4 devant le FC Bruges. La plus lourde défaite de l’histoire du club en C1.

Ligue des Champions - 4ème journée (groupe A)
AS Monaco - Club Bruges : 0-4 (0-3)
Buts : Vanaken (12ème et 17ème sp), Wesley (24ème) et Vormer (85ème) pour Bruges.

Les jours se suivent et se ressemblent, à Monaco, et aucune éclaircie n’apparaît à l’horizon. Trois jours après une défaite à Reims (1-0) qui l’a enfoncée dans les bas fonds du classement de Ligue 1 et marqué un peu plus la rupture avec ses supporters, la troupe de Thierry Henry s’est littéralement faite humilier par le FC Bruges, sur sa pelouse de Louis-II. Une défaite 0-4 qui s’est dessinée en seulement douze minutes, dès la première mi-temps.

Excellent ce soir, Hans Vanaken a d’abord repris un centre de Rits passé entre Glik et Aït-Bennasser pour ouvrir facilement le score de près (12ème), puis a transformé un penalty qu’il avait lui-même provoqué en se faisant contrer une frappe par le bras de Barreca (17ème). Abasourdis par ces deux buts, intervenus contre le cours du jeu après une bonne entame monégasque, Kamil Glik et ses coéquipiers n’ont jamais su réagir et le défenseur polonais s’est ensuite fait enrhumer par Wesley, auteur du troisième but belge sur une frappe puissante des dix-huit mètres (24ème). En profitant d'une mauvaise appréciation d'Almamy Touré, le capitaine du FC Bruges Ruud Vormer a même aggravé le score en fin de match d'une frappe croisée hors d'atteinte pour Benaglio (85ème).

Il faudrait un miracle...

À l’exception de la prestation individuelle relativement correcte de Youri Tielemans, dont le début de saison est très décrié, et de la fraîcheur affichée par le jeune Sofiane Diop (18 ans), la soirée de l’ASM a été une véritable calamité. On pourra évoquer la mise en garde à vue de son président Dmitri Rybolovlev ou le feu qui s’est déclaré en tribunes quand les supporters Monégasques se sont décidés à quitter Louis-II (aux alentours de l’heure de jeu), mais on se limitera au secteur sportif pour souligner l'apathie du duo Sylla-Falcao en attaque et la nouvelle déliquescence de la défense asémiste, qui en est à dix buts encaissés en cinq matchs depuis la prise de fonctions de Thierry Henry. Elle a également perdu son roc - même s'il a lui aussi subi une forte érosion ces dernières semaines - Kamil Glik, sorti à vingt minutes du terme blessé à la cuisse. Il ne sera probablement pas disponible pour le prochain rendez-vous des champions de France 2017, dimanche face à leur successeur en 2018 : le Paris St-Germain.

À lire aussi : L'Atlético élimine officiellement Monaco de la C1

Avec cette défaite, la plus lourde de son histoire en Ligue des Champions, l'AS Monaco a perdu tout espoir de rallier les huitièmes de finale. Il lui faudrait réaliser deux exploits contre Dortmund et sur la pelouse de l'Atlético Madrid, tout en espérant que les Colchoneros perdent en Allemagne ce soir et qu'ils concèdent un nul à Bruges dans un mois, pour croire à une potentielle qualification grâce à la différence de buts (-8 pour Monaco). Même la 3e place qualificative pour les 16es de finale de la Ligue Europa, actuellement détenue par les belges, paraît désormais inaccessible.

LES NOTES

Monaco : Benaglio (3) - Sidibé (4), Glik (3), Jemerson (3), Barreca (3) - Tielemans (5), Aït-Bennasser (3), Chadli (3) - Diop (5) - Sylla (4), Falcao (4).

Bruges : Horvath (7) - Mata (6), Poulain (7), Mechele (7), Denswil (6), Cools (5) - Nakamba (7) - Rits (6), Vormer (7), Vanaken (8) - Wesley (7).

Photos associées