à la une
Dimanche 7 Juin

LFP - La Ligue réagit au grand déballage de la presse et porte plainte !

Commentaire(s)
LFP - La Ligue réagit au grand déballage de la presse et porte plainte !
Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP.

La LFP répond aux informations dévoilées hier par Mediapart, ainsi qu'aux retranscriptions faites par L'Equipe des échanges virulents de certains présidents de clubs lors de son assemblée générale de mercredi. Des "plaintes contre X" ont même été déposées par l'instance dirigeante du foot pro français.

Cette fois, la LFP réagit ! Taxée d'attentisme face aux remous qui ont agité le football professionnel français depuis le début de la crise du covid-19, l'instance organise une riposte aux révélations faites ces dernières heures par la presse. Dans un communiqué, la Ligue aborde en premier lieu le cas de Mediapart, qui dressait hier un triste bilan de l'économie des clubs français, tout en émettant de sérieux doutes sur la logique de contracter un prêt garanti par l'Etat à hauteur de 224,5 M€ pour compenser les pertes en droits TV.

Sans revenir sur les informations relayées sur les comptes des clubs, pour la plupart - et sans surprise - dans le rouge, la Ligue répond sur le PGE : "cet emprunt ne comporte aucun risque financier pour la LFP qui a adopté (...) un plan de remboursement sur 4 ans par prélèvement à la source sur les 5,3 milliards d’euros de revenus audiovisuels déjà conclus et à encaisser sur le cycle 2020/2024".

Quant aux révélations de L'Equipe, qui a retranscrit des échanges très virulents entre certains présidents de clubs (Jacques-Henri Eyraud et Bertrand Desplat notamment), lors de sa dernière assemblée générale, la LFP les considère comme "inacceptables" et indique avoir déposé "deux plaintes contre X auprès du Procureur de la République de Paris afin de faire toute la lumière sur les conditions dans lesquelles des échanges et documents confidentiels ont été divulgués sans autorisation."

LE COMMUNIQUÉ DE LA LFP

"Le site Mediapart a publié ce jeudi 21 mai 2020 un article à charge contre le football professionnel français, mettant notamment en cause le prêt garanti par l’Etat (PGE) souscrit par la Ligue de Football professionnel (LFP).
La LFP dément fermement l’ensemble des contre-vérités relatives au PGE contenues dans cet article.

Cet emprunt ne comporte aucun risque financier pour la LFP qui a adopté, concomitamment à la mise en œuvre du PGE, un plan de remboursement sur 4 ans par prélèvement à la source sur les 5,3 milliards d’euros de revenus audiovisuels déjà conclus et à encaisser sur le cycle 2020/2024. Ce montant est constitué par les versements cumulés de 4 diffuseurs et non uniquement de Mediapro, les remboursements ne représentant pas plus de 5% des revenus globaux de la LFP et ne mettant en aucune hypothèse les contribuables français à contribution.

Ce prêt est utilisé conformément à son objet, par l’octroi d’une aide exceptionnelle aux clubs professionnels lourdement impactés par l'absence de versement à la LFP d’une partie importante des droits audiovisuels par les diffuseurs. Il vise à soutenir l’activité du football professionnel et les emplois attachés, ainsi que la situation financière des clubs et leurs besoins de trésorerie suite à l’arrêt définitif des championnats consécutivement aux mesures gouvernementales.

Cet article constitue un élément supplémentaire visant à déstabiliser la LFP, et plus généralement le football professionnel français, qui, comme l’ensemble des entreprises, est confronté à une crise inédite.

A l’heure où cette crise impose le sens de l’intérêt général et des responsabilités, la LFP regrette l’instrumentalisation du PGE, qui constitue une mesure très positive pour toute la filière du football professionnel français, et un soutien sans équivalent en Europe.

Par ailleurs, ce même jour, un article publié dans le journal L’Equipe retransmet de manière intégrale et nominative certains échanges intervenus entre les dirigeants du football français et certains présidents de clubs lors de l’Assemblée Générale du 20 mai lors du vote sur le format de la Ligue 2.

Ces atteintes à la confidentialité des discussions intervenant au sein de la LFP sont inacceptables.

En conséquence, et suite à la publication de ces deux articles, la LFP dépose ce jour deux plaintes contre X auprès du Procureur de la République de Paris afin de faire toute la lumière sur les conditions dans lesquelles des échanges et documents confidentiels ont été divulgués sans autorisation."